Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Métabolisme et écologie « à la parisienne »

Dans un contexte de grands enjeux environnementaux et écologiques contemporains et futurs, les espaces urbanisés jouent un rôle central indéniable, à l'échelle locale, régionale, nationale, voire planétaire. Sabine Barles, chercheur au Laboratoire « Théorie des mutations urbaines », observe les villes, hauts lieux de consommation et d'émission de polluants et de déchets divers qui contribuent à une transformation profonde de la biosphère.

L'objectif du projet1 est de décrire et d'analyser le métabolisme de la capitale, c'est-à-dire de quantifier les flux de matières importées (aliments, combustibles, biens, matières premières), stockées (bâtiments, biens) et exportées (produits finis, polluants, déchets) par la ville. À cette analyse du flux de matières brutes est associée celle des flux d'azote, matière qui constitue aujourd'hui un enjeu considérable (pollution des eaux, de l'air, changement climatique). Il s'agit aussi de dégager les tendances récentes qui caractérisent le métabolisme parisien. Le travail repose sur les perspectives ouvertes par l'écologie industrielle dont les méthodes peuvent aujourd'hui être transférées et adaptées aux agglomérations.

Cette approche originale en France, rare en Europe, présente des enjeux aussi bien scientifiques (compréhension du fonctionnement biogéochimique urbain) qu'opérationnels puisqu'il s'agit, à terme, d'améliorer les performances écologiques des villes. La diminution de la consommation de matières et d'énergie - associée au développement de sources d'énergie non carbonée -, peut en effet être considérée comme l'un des enjeux majeurs du XXIe siècle puisqu'elle constitue l'un des moyens de limiter les pressions sur la ressource, les émissions sources de risques pour la santé, de perturbation des écosystèmes ou de changement climatique. Or, cette dématérialisation et cette « décarbonisation » ne peuvent être envisagées sans une meilleure connaissance des flux actuels de matières, d'éléments simples et d'énergie et une meilleure prise en compte du rôle des villes et plus généralement des espaces urbains dans ces flux complexes.


Haut de page

Sommaire

à lire

L'invention des déchets urbains. France, 1790-1970. Sabine Barles, Éd. Champs Vallon, 2005.

Le métabolisme urbain et la question écologique. Sabine Barles, Annales de la recherche urbaine (92), sept. 2002, p. 143-150.

Contact

Sabine Barles
Laboratoire « Théorie des mutations urbaines »
Institut français d'urbanisme
CNRS-Université Paris 8
Mél : sabine.barles@univ-paris8.fr

Consulter le site web
Laboratoire « Théorie des mutations urbaines »

Consulter le site web
Institut français d'urbanisme

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide