Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Haussmann ou l'unité du paysage parisien

En 1853 s'ouvre une incroyable ère de quarante ans de grands travaux dans la capitale française. Michel Carmona, membre du Laboratoire « Espace et culture » relate l'épopée haussmannienne.

Qui était le fameux baron Haussmann ?
Michel Carmona.
C'est d'abord quelqu'un qui a une haute opinion de lui-même ! Il est imperméable à l'opinion publique, mais est obséquieux avec ses supérieurs hiérarchiques. Il effectue une carrière lente, pas très brillante, de personnel préfectoral. Au printemps 1853, Napoléon III cherche une personnalité rugueuse, à l'abri des pressions, pour réaliser son programme de grands travaux. Son ministre de l'Intérieur, Persigny, lui présente Haussmann, qui est alors préfet de la Gironde. C'est un bon administrateur, mais c'est sa personnalité qui fait la différence.

TexierBlvdRaspail

© Simon Texier.

À gauche immeuble, 90, boulevard Raspail, Eugène Chiffot, 1907. À droite, immeuble, 32, boulevard Raspail, Eugène Chastel, 1909 : le pittoresque néo-gothique à son comble.


Dans quelles circonstances est-il amené à changer le visage de Paris ?
M. C.
Lorsqu'il devient préfet de la Seine, en juin 1853, il ne connaît pas le projet. C'est Napoléon III en personne qui, juste à sa nomination, lui fait part de ses plans. À l'époque, les travaux de la rue de Rivoli ont déjà commencé. Haussmann réalise l'ampleur de la tâche, mais se dit enthousiaste. Son prédécesseur, Berger, avait été épouvanté par tant de travaux et de dépenses. Haussmann fait face à deux difficultés : résoudre le problème financier et retourner l'opinion de la bourgeoisie parisienne. En quatre jours, il trouve quelques millions d'excédents dans le budget municipal. Il convainc ses interlocuteurs de lever un emprunt de 50 millions de francs et utilisera les excédents budgétaires pour payer les annuités. Il finit par convaincre une majorité d'élus du conseil municipal, en expliquant que ces travaux favoriseront le développement et les rentrées fiscales.

Qu'a réellement réalisé Haussmann à Paris ?
M. C.
Il a imprimé sa marque avec une artère qui devait être parallèle à la Seine, le pendant sur la rive gauche de la rue de Rivoli. Napoléon III lui-même avait dessiné la rue des Écoles. Mais Haussmann, considérant la proximité de la montagne Sainte-Geneviève problématique, a proposé et réalisé le boulevard Saint-Germain. Dans le Bois de Boulogne, l'empereur tenait à créer une rivière serpentine, comme à Hyde Park à Londres. Mais les premières tentatives sont des échecs. Haussmann tranche : ce seront les lacs inférieur et supérieur. Mais il y a aussi deux projets non aboutis : la démolition de la place Dauphine et le prolongement de la rue de Rennes jusqu'à la Seine. On peut citer aussi les rues de Tolbiac et de la Convention, conçues mais pas réalisées par lui.

Quelles ont été les conséquences de ces travaux à l'époque ?
M. C.
Si dans la population Haussmann est devenu très impopulaire, la classe dirigeante républicaine lui rendra hommage. Il fut d'ailleurs député pendant quatre ans avant sa mort, survenue en 1891. Mais il faut comprendre que pendant les 17 ans de son mandat et les 20 ans qui ont suivi, les Parisiens ont vécu près de 40 années de grands travaux. C'est-à-dire plus de 300 000 personnes qui ont été déplacées et toutes celles qui ont quitté Paris.

À long terme, que faut-il retenir de son action ?
M. C.
La possibilité de circuler ! Ces travaux ont aussi permis l'amélioration du confort et de la salubrité, avec les squares, les arbres, mais surtout les égouts et l'acheminement de l'eau dans chaque immeuble. Enfin, il y a la recherche d'un style de la rue. Haussmann, c'est aussi une plus grande unité du paysage parisien.


Haut de page

Sommaire

à lire

Gustave Eiffel. Michel Carmona, Fayard, 2002.

Haussmann. Michel Carmona, Fayard, 2000.

Contact

Michel Carmona
Laboratoire « Espace et culture »
CNRS-Université Paris 4
Tél. : +33 (0)1 44 32 14 47
Mél : michel.carmona@wanadoo.fr

Consulter le site web
Laboratoire « Espace et culture »

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide