Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Huit siècles d'aménagement des Halles

Après huit siècles d'une présence ininterrompue qui a forgé l'identité du quartier et de Paris, les Halles, dont il ne reste plus que le nom, posent, entre autres, le problème du rapport de la ville à sa mémoire, que l'urbanisme moderne progressiste, et sa pratique de la table rase, a persisté à nier. Bref historique par Albert Levy, architecte-urbaniste, chercheur au Laboratoire « Théorie des mutations urbaines ».

Naissance des Halles
Créé par Louis VI le Gros en 1137, au lieu-dit les Champeaux, hors de l'enceinte, sur la rive droite, le marché est intégré dans la ville par Philippe Auguste en 1183. Il y fait construire les premières halles près du cimetière des Innocents, le plus grand de Paris à cette époque. Centre et cœur de la ville, lieu de sociabilité intense au voisinage des morts, le marché ne cesse de se développer depuis.

La période industrielle : construction des nouvelles Halles
Mutations socio-économiques, croissance démographique, urbanisation accélérée, la révolution industrielle exige des réponses urbaines nouvelles : ce sera l'œuvre d'Haussmann. Avec l'annexion des faubourgs (1860), Paris double de surface (de 3288 à 7088 h.) et sa population passe à 1,6 million. Les anciens équipements deviennent obsolètes, de nouvelles halles sont nécessaires pour ravitailler la capitale : Baltard invente les « parapluies métalliques ». Les dix pavillons sont réalisés entre 1854 et 1874, les deux derniers, près de la Bourse du Commerce, en 1935. Le « ventre de Paris » fonctionne ainsi près d'un siècle, en imprégnant la ville de sa poésie et de son imaginaire. Le développement urbain, sa croissance démographique, les problèmes de circulation, entraînent l'inévitable décision de déplacer les Halles, devenues trop petites, à Rungis, en 1965.

La période postindustrielle : la rénovation des Halles et de son quartier
La désindustrialisation massive de la région parisienne et les mutations socio-économiques post-industrielles caractérisent la nouvelle ère urbaine. En même temps que le transfert des Halles, 1965 est aussi la date de publication du premier Schéma directeur de la région parisienne de Paul Delouvrier qui veut réorganiser l'unité de la région métropolitaine. Que faire des Halles et de son quartier ? Une gare (RER et métro) y est prévue à moins 20 mètres sous terre, sur laquelle on empile un centre commercial et d'autres activités et équipements, cinq niveaux en sous-sol dans une grande opération d'urbanisme souterrain qui libèrent, en surface, un vaste plateau piétonnier, et un espace vert.

En 1971, les pavillons sont détruits, déclenchant une violente polémique. Après une série de consultations architecturales décevantes, avec le changement de statut de la Ville de Paris, en 1977, Jacques Chirac élu premier maire de la capitale, s'autoproclame « architecte en chef ». On lui doit les réalisations actuelles, après l'inauguration du RER (1977) : 1979, Forum des Halles (Claude Vasconi, Georges Pancreach) ; 1982, Espace Pierre Lescot (Jean Willerval) ; 1985, Place Carré (Paul Chemetov) ; 1987, Jardins (Louis Arretche, François Lalane), ainsi que le plateau piétonnier livré à la marchandise. Au total, un ensemble hétéroclite, sans grâce ni poésie, et surtout, sans trace aucune de souvenir du passé qui est totalement éradiqué.


Haut de page

Sommaire

Contact

Albert Levy
Laboratoire « Théorie des mutations urbaines »
CNRS-Universités Paris 8 et 10, de Marne la Vallée-Ministère de la culture et la communication
Tél. : +33 (0)1 64 68 49 60
Mél : albert.levy@univ-paris8.fr

Consulter le site web
Laboratoire « Théorie des mutations urbaines »

Consulter le site web
Projet de réaménagement du quartier des Halles

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide