Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Paris en Seine…

Dans la réalité comme dans les chansons, Paris et la Seine sont étroitement liés. L'acquisition en 1865 du « Domaine des Sources de la Seine1 » par la Ville de Paris est très symbolique de cette liaison. Mais un fleuve ne se limite pas à ce long ruban d'eau coulant de la source à la mer, et dont Haussman a voulu qu'il appartienne dès sa sortie de terre à la Ville Lumière. Gilles Billen, directeur du programme PIREN-Seine, nous en apprend plus sur les relations entre la Ville et le fleuve.

Bassin versant de la Seine

© Sylvain Théry.

L'agglomération parisienne, au centre du bassin versant de la Seine, en a largement conditionné tout l'aménagement.


Ce qui fait un fleuve c'est le réseau chevelu de ses affluents, c'est le territoire de son bassin versant. Parce que l'eau de la Seine n'est autre que l'eau de pluie collectée sur ce bassin de 75 000 km², elle reflète l'activité humaine sur l'ensemble de ce territoire. Une activité humaine, qui depuis le Moyen-Âge, est largement conditionnée par la présence de Paris, ses besoins en nourriture, en eau, en matériaux de construction.

La Seine n'a ainsi plus rien d'un fleuve naturel. Dès l'amont du bassin, l'activité agricole, que le développement de Paris a très tôt orienté vers la production céréalière intensive, marque de son empreinte la composition chimique de l'eau, compliquant la tâche des producteurs d'eau potable, qu'ils puisent dans les eaux de surface ou dans les eaux souterraines. Le paysage des grandes vallées alluviales est profondément modifié par l'exploitation intense des dépôts de sables et graviers pour la construction et les travaux publics.

pêcheur à Paris

© Gilles Billen.

L'eau qui passe sous les ponts de la Seine reflète l'activité humaine dans tout l'espace du bassin versant.


Le cours aval des principaux affluents de la Seine qui confluent vers Paris est aménagé par des barrages-écluses qui maintiennent le tirant d'eau nécessaire à la navigation. Leurs débits sont régulés par 3 grands lacs-réservoirs, construits et gérés par la Ville de Paris, qui écrêtent les crues pour prévenir les inondations et soutiennent les débits estivaux pour assurer les prélèvements destinés à la production d'eau potable. En aval de Paris, les eaux usées produites par les 10 millions d'habitants de l'agglomération, ainsi que les eaux pluviales ruisselant sur les surfaces imperméabilisées, doivent être traitées en stations d'épuration, avant de rejoindre la Seine dont elles affectent néanmoins la qualité.

Pour maîtriser ces multiples pressions tout en assurant les besoins des utilisateurs, les divers acteurs de la gestion de l'eau, à Paris comme dans le reste du bassin, doivent pouvoir s'appuyer sur une recherche d'ensemble sur le fonctionnement du « Système Seine » ; ils ont besoin d'outils permettant de calculer l'effet à attendre de telle infrastructure, de tel aménagement, ou de telle mesure réglementaire.  C'est ce qu'apporte le programme PIREN-Seine, créé à l'initiative du CNRS, et qui réunit, dans une forme originale d'organisation de l'activité scientifique, les chercheurs de tous les organismes publics de recherche et les principaux acteurs, publics et privés, de la gestion des ressources en eau.


Haut de page

Sommaire

Contact

Gilles Billen
Unité « Structure et fonctionnement des systèmes hydriques continentaux »
CNRS-Université Paris 6-ENSM Paris
Tél. : +33 (0)1 44 27 50 19
Mél : gilles.billen@ccr.jussieu.fr

Consulter le site web
PIREN-Seine

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide