Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Désindustrialisation verte

Hervé Brunon, historien au sein de l'équipe de recherche sur l'histoire de l'architecture moderne (ERHAM), étudie les jardins contemporains, notamment ceux qui ont été créés depuis vingt ans.

Finis les tours et les grands ensembles posés sur des dalles en béton. Finis les simples carrés de pelouse entre deux rangées de parkings. Depuis une vingtaine d'années, les jardins font leur retour. Et ils retrouvent leur rôle de pause contemplative dans le tissu et le rythme de la capitale. « Cela s'explique, en partie, par la prise de conscience des problèmes environnementaux et par la recherche d'une meilleure qualité de vie en milieu urbain », explique Hervé Brunon. Ce regain d'intérêt pour les espaces verts a aussi largement profité de la désindustrialisation de Paris.

En effet, les grands parcs les plus récents ont souvent été créés dans le cadre de vastes projets de réhabilitation. Et ils ne se contentent pas d'apporter de la végétation aux Parisiens. Ils donnent une identité aux quartiers qui les entourent. Ainsi, le parc de la Villette sert d'aire de loisirs, mais aussi de lieu culturel. Il accueille la cité des sciences et de l'industrie, la cité de la musique ainsi que plusieurs salles de spectacles. Le parc André-Citroën, lui, permet de réconcilier la ville avec son fleuve, alors qu'elle en a longtemps été séparée. Quant à la promenade plantée, entre l'avenue Daumesnil et le bois de Vincennes, elle permet de coudre différents quartiers entre eux.

Ces trois exemples montrent, par ailleurs, que les parcs publics sont désormais conçus en termes de paysages. Si une forte composition architecturale organise l'ensemble, le parcours est aussi ponctué de jardins thématiques plus individualisés, comme la bambouseraie du parc de la Villette ou les jardins sériels, chacun dominé par une couleur, du parc André-Citroën.

Les espaces verts ont aussi pour vocation de créer du lien social. C'est pourquoi, en plus des grands parcs, Paris s'est agrémenté de nombreux jardins partagés. Confiés par la ville à des associations de riverains, ces derniers favorisent la rencontre entre habitants d'un même quartier.


Haut de page

Sommaire

Contact

Hervé Brunon
Centre André Chastel
Équipe de recherche sur l'histoire de l'architecture moderne (ERHAM)
CNRS-Université Paris 4-Ministère de la culture et de la communication
Tél. : +33 (0)1 47 03 84 59
Mél : herve.brunon@paris4.sorbonne.fr

Consulter le site web
Centre André Chastel

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide