Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

La parenthèse des trente glorieuses

Simon Texier, historien d'art au sein de l'équipe de recherche sur l'histoire de l'architecture moderne (ERHAM), étudie les transformations urbaines qu'a connues Paris au XXe siècle.

Paris contemporain

© D. R.


Le Plan local d'urbanisme (PLU), adopté par la mairie de Paris au début de l'année 2005, ne crée pas une aussi grande rupture dans la façon de concevoir la ville que les deux plans précédents, de 1959 et 1977. On peut le constater en lisant le livre de Simon Texier, Paris contemporain. De Haussmann à nos jours, une capitale à l'ère des métropoles, qui retrace l'histoire des aménagements de la capitale depuis Haussmann.

Les grands travaux du célèbre baron ont été suivis d'une période de stagnation. En effet, à part la construction du métro, Paris a connu très peu de chantiers pendant la première moitié du XXe siècle. Mais de nombreuses réflexions ont été menées. Et des personnalités comme Le Corbusier ont jeté les bases de ce qui s'est fait plus tard, après le Plan d'urbanisme directeur de 1959. À partir de cette date, d'importants projets ont été lancés. « Pour s'adapter à une démographie galopante, au 'baby boom' et à l'exode rural, il fallait construire beaucoup de logements en très peu de temps », remarque Simon Texier.

De nombreuses tours ont donc poussé dans les quartiers périphériques de la capitale, sur le Front de Seine, à Montparnasse, à La Défense, près de la Place d'Italie, etc. Mais les urbanistes ont séparé les immeubles de la rue en les posant sur des dalles. Et ils ont oublié le rôle central des jardins publics dans la vie sociale. Le président Valery Giscard d'Estaing, opposé à cette conception de l'urbanisme, a mis fin à cette période architecturale. En 1977, un nouveau Plan d'occupation des sols (POS) a donc été défini pour Paris, qui redonne toute sa place aux espaces publics. Le PLU de 2005 se situe dans la continuité de ce plan.

(Cf. Lecture du Paris contemporain : Désindustrialisation verte).


Haut de page

Sommaire

à lire

Paris contemporain. De Haussmann à nos jours, une capitale à l'ère des métropoles. Simon Texier, Parigramme, 2005.

Contact

Simon Texier
Centre André Chastel
Équipe de recherche sur l'histoire de l'architecture moderne (ERHAM)
CNRS-Université Paris 4-Ministère de la culture et de la communication
Tél. : +33 (0)1 47 03 84 57
Mél : texiersimon@free.fr

Consulter le site web
Centre André Chastel

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide