Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Des maisons bourgeoises aux immeubles

Claude Mignot, historien d'art et directeur de l'équipe de recherche sur l'histoire de l'architecture moderne (ERHAM), étudie les immeubles parisiens. Il montre comment, tout en proposant une grande variété de styles, leurs façades participent à l'unité de la capitale.

Grammaire immeubles Paris

© D. R.


Dans son livre, Grammaire des immeubles parisiens. Six siècles de façades du Moyen-Âge à nos jours, Claude Mignot propose des clés de lecture pour aider les promeneurs à mieux percevoir les façades qui constituent le paysage des rues de Paris. Même si les immeubles présentent une grande variété de styles selon les époques, ils ont quelques caractères en commun : matériaux, traitements des angles, saillies, etc. Et cela participe à l'unité de la ville. « Une unité qui fait toute la particularité de la capitale. Lorsqu'ils changent de quartier, les piétons n'ont pas cette impression de rupture brutale qu'ils pourraient avoir à New York ou à Londres », remarque Claude Mignot.

En matière de hauteur notamment, la grande majorité des bâtiments font 5 à 7 étages. C'est le cas des maisons bourgeoises des XVIe et XVIIe siècles, avec une chambre ou deux par niveau, mais aussi des immeubles du XVIIIe siècle. Ces derniers ont juste été élargis pour accueillir des appartements de plain-pied sur chaque palier. Il y a bien quelques maisons basses, individuelles, à Paris. Mais, comme la ville est peu étalée, les architectes ont dû plus souvent jouer sur la hauteur pour loger une grande densité d'habitants. Cependant, le nombre d'étages a presque toujours été limité par des gabarits. C'est pourquoi les immeubles sont presque tous de même taille. Les seuls qui détonnent avec le reste sont les grandes tours édifiées pendant les trente glorieuses, entre 1945 et 1975.

(Cf. Lecture du Paris contemporain : La parenthèse des trente glorieuses).


Haut de page

Sommaire

à lire

Grammaire des immeubles parisiens. Six siècles de façades du Moyen-Âge à nos jours. Claude Mignot, Parigramme, 2004.

Contact

Claude Mignot
Centre André Chastel
Équipe de recherche sur l'histoire de l'architecture moderne (ERHAM)
CNRS-Université Paris 4-Ministère de la culture et de la communication
Tél. : +33 (0)1 47 03 84 60
Mél : claude.mignot@paris4.sorbonne.fr

Consulter le site web
Centre André Chastel

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide