Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Paris au cœur de la compétition mondiale

Interactions, concurrence : Paris n'existe pas sans son environnement direct. Thérèse Saint-Julien, géographe et membre de l'Unité « Géographie-Cités », évoque les spécificités parisiennes dans un contexte continental et mondial.

Y a-t-il un, voire plusieurs modèles européens d'urbanisation ?
Thérèse Saint-Julien.
En Europe, les villes se sont construites sur le temps long. Un grand nombre d'entre elles a été créé en des temps où l'on circulait à pied ou à cheval. Leur semis est exceptionnellement dense et les villes petites et moyennes sont nombreuses. Beaucoup de petites villes sont aujourd'hui court-circuitées par les réseaux de transports rapides surtout quand elles sont  éloignées des grandes métropoles. Cela différencie le semis des villes européennes de celui des villes d'Amérique du Nord, où l'urbanisation est allée de pair avec le développement du chemin de fer puis de l'automobile. L'Amérique a donc eu besoin de moins petites villes. En Asie, le modèle est encore différent.

Quelles sont les spécificités de Paris ?
T. St-J.
Toujours élevée, la densité du semis des villes peut varier d'un bout à l'autre de l'Europe. Il existe bien un modèle parisien que l'on peut comparer à Londres. Nous avons deux agglomérations qui rassemblent chacune 11 millions d'habitants (sans équivalent sur le reste du continent), qui se trouvent dans un environnement régional où les concentrations urbaines sont de taille beaucoup plus faible. Les situations de Madrid ou d'Athènes sont similaires. Dans les régions rhénanes, le semis des villes est beaucoup plus dense, et les contrastes entre grandes et petites villes beaucoup plus faibles.

Paris, comme Londres, concentre à la fois les fonctions de capitale politique et de capitale économique. Cette association n'est pas toujours de règle ailleurs. En France, la prééminence politique et économique de Paris est ancienne, liée à son rôle de capitale d'un État centralisé. La trajectoire de Londres n'est pas sans rappeler celle de Paris.

Quelles sont les interactions, les interdépendances ou les domaines de concurrence de ces grandes villes ?
T. St-J.
Londres devance nettement Paris pour tout ce qui a trait aux fonctions de place financière. Paris maintient mieux sa position de place culturelle européenne. Cependant le rayonnement culturel mondial de Paris, incontesté au début du XXe siècle, résiste mal aujourd'hui devant celui d'autres métropoles mondiales, New York en particulier. Au total, la compétition entre Paris et Londres devient de plus en plus vive et de plus en plus multiforme. Et dans un contexte européen de forte intégration économique, Paris doit compter avec les concurrences et les partenariats de toutes les autres grandes villes du continent comme Francfort, Barcelone, Madrid ou Milan.

 

Dans cette compétition féroce, quels sont les atouts de Paris ? Comment voyez-vous son avenir ?
T. St-J.
On doit ici raisonner en considérant l'ensemble de la région métropolitaine, c'est-à-dire au moins l'Île-de-France. Les potentiels humains et économiques de cette région sont considérables. Le niveau de formation et de qualification de la population francilienne est très élevé. L'économie est très diversifiée. Les services aux entreprises y sont en plein développement et Paris conserve d'excellentes positions dans de nombreux secteurs de pointe. L'avenir de Paris est aussi tributaire de la force de réponse dont fera preuve l'économie française aux impulsions de la mondialisation. Le pré carré français n'existe plus en tant que tel. Pour autant, ses forces et ses vulnérabilités dépendent de son environnement national et européen. L'avenir du pays entier dépend de la « bonne santé » de Paris.


Haut de page

Sommaire

à lire

• Saint-Julien Th., 2003, La centralité vecteur de différence en Europe. In Rey V., Saint-Julien Th., 2003, Territoires européens, diversité et intégration. Lyon, Éditions de l'ENS-LSH. - Intra metropolitan structures: urban forms, economic spaces and social dynamics.

• Cattan N., Pumain D., Rozemblat C., Saint-Julien Th., 2000, Le système des villes européennes. Paris, Economica, 2e édition, 243 p.

Contact

Thérèse Saint-Julien
Unité « Géographie-Cités »
CNRS-Universités Paris 1 et 7-ENS Lettres
Tél. : +33 (0)1 40 46 40 00
Mél : stjulien@parisgeo.cnrs.fr

Consulter le site web
Unité « Géographie-Cités »

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide