Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

« Roman de Paris »

La littérature sur Paris est d'une incroyable richesse et d'une grande diversité. Récit de Thierry Paquot, philosophe, éditeur de la revue Urbanisme et membre du Laboratoire des organisations urbaines : espaces sociétés, temporalités.

Les études savantes, analyses érudites, guides touristiques, récits historiques, descriptions géographiques, promenades architecturales, relevés sur sa flore et sa faune, dictionnaires des métiers comme de leurs langages, enquêtes sociologiques, abondent, se cumulent, s'enrichissent. Il n'existe pas un seul domaine de la connaissance qui ne possède « son » spécialiste de la capitale.

Académie Française

© Valem.

Passerelle des arts et Académie française.


Cette ville a fait, et fait encore, couler beaucoup d'encre. Mais à côté de ces travaux très sérieux, qui remplissent des bibliothèques, sur Paris, les Parisiennes et les Parisiens, il existe des déclarations d'amour rédigées par des poètes et des paroliers et aussi des romans. Le roman - quels que soient son époque et son « genre » (réaliste, naturaliste, surréaliste, polar, science-fiction, à l'eau de rose, érotique…) - adopte Paris, non seulement comme lieu privilégié de son intrigue, mais aussi comme décor actif qui intervient sur la psychologie des personnages, sur leurs états d'âmes, leurs itinéraires, leurs actes anodins, leurs habitudes citadines.

Avec Le roman bourgeois (1666), Antoine Furetière oppose la « ville » à la « Cour » et décrit le quartier Maubert. Plus d'un siècle après, Restif de La Bretonne promène ses personnages dans la nuit urbaine et Balzac confère à la ville un rôle de démultiplicateur des sentiments ! Hugo, les Goncourt, Zola, Flaubert, Maupassant, Proust sont des écrivains parisiens et il en va de même pour des moins connus, comme Duvernois, Romains, Willy, Toulet, Salmon, Carco, Bove, Dietrich, Guérin…

Lister les romanciers français qui boudent Paris serait une véritable gageure, même Jean Giono se balade plaisamment dans cette grande ville, comme en témoigne sa nouvelle, Le Badaud. Comment s'imaginer lire Céline, Sartre, Simenon, Modiano et tant d'autres sans avoir à portée de main, un plan du métropolitain ? Aujourd'hui encore, et parmi tant de titres, Leslie Kaplan, avec Fever (P.O.L, 2005) localise son roman, à deux pas de Vavin, près du cimetière Montparnasse. Paris possède une épaisseur de mystère telle, que le romancier est obligé de s'y perdre, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

Quelques suggestions de lectures…

Marie-Claire Bancquart. Paris 'fin-de-siècle'. De Jules Vallès à Rémy de Gourmont. Adam Biro, 1997, édition revue et augmentée, Éd. de la Différence, 2002 - Paris des surréalistes. Seghers, 1973.
Karlheinz Stierle. La capitale des signes. Paris et son discours. Trad. Marianne Rocher-Jacquin, Éd. de la Maison des sciences de l'homme, 2001.
Pierre Citron. La poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire. 2 vol. Éd.de Minuit, 1961.


Haut de page

Sommaire

Contact

Thierry Paquot
Laboratoire des organisations urbaines : espaces sociétés, temporalités (LOUEST)
CNRS-Universités Paris 10 et 12-Écoles d'architecture de Paris et de Clermont-Ferrand
Tél. : +33 (0)1 45 45 45 00
Mél : th.paquot@wanadoo.fr

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide