Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

L'urbanité à la campagne

Paris, capitale, métropole, citadine, urbaine… et si les Parisiens se lassaient de la ville et avaient décidé de retourner aux « vraies valeurs » de la nature et de la campagne ? Jean Viard, sociologue au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) décrypte le phénomène et le nuance.

Paris-plage

© Marie Cervoni.

Paris-Plage 2004, 3e édition.


Paris-Plage, le Salon de l'Agriculture, les Parisiens prôneraient-ils un retour à la nature ? Un phénomène pas si évident. « Les Français ont une pratique des loisirs de proximité », rappelle Jean Viard. Or, justement Paris ne dispose d'aucune aire de vacances à proximité : ni mer, ni montagne. « C'est pourquoi la location de gîtes ruraux marche très bien en région parisienne. En 1 h 30, vous pouvez retrouver la campagne ». Ce qui compte en effet dans le dépaysement n'est pas tant la distance, mais l'altérité du paysage. Le phénomène véritablement observé consiste surtout en un mélange de ce qu'on a appris en vacances et de ce qu'on a appris au travail. L'exemple type en étant la maison avec jardin. D'ailleurs, la plupart des Parisiens ne sont pas propriétaires de leur logement car ils ont choisi de s'investir dans une maison secondaire, à la campagne. Alors qu'en province, c'est l'inverse.

« Mais il ne faut pas faire d'amalgame, la recherche de campagne n'est pas synonyme de retour à la ruralité », note Jean Viard. Ce que les Français en général et les Parisiens en particulier recherchent tient en deux mots : liberté et beauté. Non pas une liberté politique, mais la liberté par rapport aux contraintes de l'urbanité, comme le stress et le bruit. Quant à la beauté de la nature, elle est certainement liée à la pensée écologique. Historiquement en effet, les Français, baignés dans la culture catholique, associent beauté à œuvre de l'homme. Contrairement aux Anglais, par exemple, chez qui la culture protestante place la nature au dessus de tout.

En définitive, les Parisiens, loin du mythe de la ruralité, apprécient la campagne, mais uniquement en tant que décor. Ils fonctionnent toujours avec une logique urbaine et recherchent les services de la ville à la campagne. De façon assez surprenante, le nombre de gens déclarant vivre à la campagne est supérieur aux statistiques de l'Insee. Il s'agit donc surtout d'un « sentiment de ruralité » plus que d'une réalité.

Consciente des désirs de nature de ses habitants, la Ville de Paris tente de la faire rentrer dans la capitale : le nombre croissant d'arbres plantés et la création de Paris-Plage en sont des indicateurs. « En créant Paris-Plage, la Ville de Paris autorise une sociabilité différente, celle de la plage », explique Jean Viard. On ne se comporte pas de la même manière en ville, habillé, qu'à la plage, revêtu d'un simple maillot de bain. Il s'agit d'un autre moyen de marier les habitudes des vacances avec les usages de la ville, associés au travail. Pour Jean Viard, « d'ici 30 ans, on se baignera dans la Seine »…


Haut de page

Sommaire

Contact

Jean Viard
Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF)
CNRS-IEP Paris
Tél. : +33 (0)4 90 07 25 10
Mél : jean.viard@wanadoo.fr

Consulter le site web
CEVIPOF

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide