Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

L'Europe, un espace à géométrie variable

De l'enlèvement d'Europe aux interrogations actuelles

Au gré des découvertes et des conflits, les limites données à l'Europe n'auront cessé d'évoluer.
Retour, en accéléré, sur ces multiples métamorphoses.

D'où vient le mot « Europe » ?
Nicole Charbonnel. Ce terme est d'origine sémitique. Il est issu d'« Erev », « le soir », « le côté où le soleil se couche », « l'Occident ». On retrouve cette notion dans le mythe solaire de l'enlèvement d'Europe1, lui-même lié à la légende crétoise du Minotaure.

Comment les géographes antiques se représentaient-ils l'Europe ?
N. C. Les Grecs divisaient le monde connu en trois parties aux contours mal définis : l'Asie, l'Afrique et l'Europe. Si, au Sud, l'Europe s'arrêtait à la Méditerranée, à l'Est au Tanaïs (le Don), au Sud-Est vers le Phase (l'actuel Rioni, dans le Caucase), au Nord, c'était l'inconnu. Chez les Romains, cette tripartition du monde a été en grande partie oblitérée par l'Empire, dont la Méditerranée était le centre.

Y a-t-il eu une évolution au Moyen âge ?
N. C. On retrouve cette tripartition, mais elle n'est pas une configuration du monde. Avec Jérusalem pour centre, elle relève de la symbolique chrétienne. Par ailleurs, au lendemain même de Poitiers (732), Bède le Vénérable reprend le qualificatif « europenses » pour désigner les Francs, c'est-à-dire les Chrétiens, par opposition aux Arabes. L'Europe désigne donc le monde chrétien, mais sa conception dépend aussi de la position géopolitique de l'observateur, car les parties orientale et occidentale vont au mieux – pendant longtemps – s'ignorer. Pour un Occidental, l'Europe, c'est la chrétienté rattachée à Rome que représentera un temps l'empire de Charlemagne. On ne reprendra conscience de l'unité du monde chrétien qu'en 1453, avec la prise de Constantinople par les Turcs.

Quel rôle a joué la « découverte » de l'Amérique ?
N. C. Au XVIe s., la notion géographique d'un « continent Europe » apparaît chez les navigateurs. L'Europe va alors s'agrandir vers l'Est, au fur et à mesure que les terres russes se libéreront des Tatares. Mais la limite Asie-Europe restera mal définie. Pendant longtemps, ce sera la Volga, puis l'Oural vers la fin du XIXe s. Staline fera une nouvelle modification. Pour le Caucase, elle reste incertaine.

à quel moment se forge une vision cartographique de l'Europe ?
N. C. à la fin du XVIIIe s. et surtout au XIXe, avec l'enregistrement géométrique de l'espace. Auparavant, les limites étaient ignorées, chevauchées par d'autres formes d'organisation de la société, d'inclusion et d'appartenance2. La notion de frontière ne prendra son sens qu'avec l'éveil des nationalités.


Haut de page

Sommaire

Contact

Nicole Charbonnel
Chargée de recherche au CNRS
Institut d'histoire du droit CNRS-Université
Paris 2-Ministère de la Culture
Tél. : 04 71 48 04 98
Mél : cdda@u-paris2.fr

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide