Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Quand les scientifiques croient en Mars

Des traces de vie soi-disant trouvées sur des météorites martiennes amplifient les interrogations sur les origines de la vie. D'un côté, les scientifiques tentent de comprendre comment la vie est apparue sur Terre, de l'autre, les croyants attribuent ce phénomène à un être supérieur. À supposer que soient apportées un jour les preuves concrètes de la présence de vie sur Mars, la planète la plus proche de la Terre, quel sera l'impact de cette découverte ? Frances Westall et André Brack, exobiologistes au Centre de biophysique moléculaire (CBM), tentent de répondre à cette question.

Première hypothèse : il y a de la vie sur Mars
Pour les scientifiques qui cherchent à expliquer les origines de la vie et recherchent des traces de vie extraterrestre, cela signifiera que le mécanisme qui a rassemblé un certain nombre de molécules pour produire les premiers systèmes vivants est répétitif et probablement universel. Cette découverte confortera l'idée que la vie résulte d'un processus relativement simple, bien que cinquante années d'essais de synthèse de la vie en éprouvette, n'aient pas encore donné de résultats probants.

Deuxième hypothèse : il n'y a pas de vie sur Mars
Si aucune trace de vie n'est découverte sur Mars et aucune vie « chimique » ne peut être obtenue en tube à essais, alors la vie terrestre apparaîtra pour beaucoup comme un acte tout à fait exceptionnel, hautement improbable, comme le suggéraient Saint-Exupéry et Jacques Monod. Cependant, il sera très difficile de démontrer l'absence de vie sur Mars car une absence de preuve ne signifie pas nécessairement une preuve d'absence.

Parallèlement à la démarche scientifique suivie pour rechercher les origines de la vie et sa distribution dans l'Univers, il y a la croyance qui attribue à Dieu, ou à un ordre supérieur, la création de la vie. Les deux approches, la démarche scientifique qui cherche à conforter une hypothèse par des faits en absence de certitude absolue, et celle de la foi où la certitude se passe de preuves, ne procèdent pas du même mode de pensée et sont donc difficiles à croiser.  À ceux qui invoquent une intervention surnaturelle pour expliquer l'origine d'un acte créateur exceptionnel, la découverte d'une deuxième genèse de la vie sur une autre planète, sur Mars par exemple, offrira toujours la possibilité d'attribuer la création de l'Univers à l'intervention divine.


Haut de page

Sommaire

à lire

Et la matière devint vivante... André Brack, Le Pommier - Cité des sciences et de l'industrie, 2004.

Contact

Frances Westall
Centre de biophysique moléculaire (CBM)
CNRS
Tél. : +33 (0)2 38 25 79 12
Mél : westall@cnrs-orleans.fr

André Brack
Centre de biophysique moléculaire (CBM)
CNRS
Tél. : +33 (0)2 38 25 55 76
Mél : brack@cnrs-orleans.fr

Consulter le site web
CBM

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide