Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Le Japon en quête de nouvelles spiritualités

Un proverbe dit : « Le Japonais naît shintô tandis qu'il meurt bouddhiste ». Si la religion fait partie intégrante de la vie quotidienne des Japonais et a un impact socioculturel encore considérable, l'on assiste aujourd'hui à l'émergence de nouvelles croyances et pratiques religieuses. Le point de vue de Jean-Pierre Berthon, ethnologue au Centre de recherches sur le Japon.

 

 Tabuse_v

MOA_v 

Kyusei_v 

Tokyo_v 

Dans le Japon actuel, les nouvelles religions conquérantes de l'après-guerre sont devenues le courant le plus dynamique du paysage religieux contemporain. Face au bouddhisme institutionnel, fort de ses multiples écoles de pensée, qui offre à la population de l'archipel services funéraires et gestion de l'au-delà. Et face au shintô affaibli par soixante-dix ans d'une idéologie nationaliste qui l'a pris en otage, et par une urbanisation galopante qui a pratiquement effacé les anciens rites calendaires.

Nées de croyances syncrétiques qui s'alimentent à un substrat religieux traditionnel, les nouvelles religions sont des religions révélées dont les fondateurs et fondatrices ont su habilement répondre, par leur charisme et leurs enseignements centrés sur « l'existence présente », à des besoins nouveaux non pris en compte par les grandes institutions de salut. Elles promettent une société plus juste, des bienfaits plus rapides, et la double guérison des corps et des âmes. Leur prosélytisme est à la mesure de leurs attentes. Le paradis sur terre, que les plus réformatrices d'entre elles ont appelé de leurs vœux, s'exprime principalement dans l'architecture hardie de leurs centres respectifs, la construction de musées grandioses et l'aménagement de territoires sacrés qui permettent de mettre en relation nature préservée et besoin de spiritualité.

Reflet d'une constante adaptation du religieux à la modernité, depuis les années 1980, de nouvelles voies spirituelles sont apparues parmi une population jeune et citadine encline à explorer, par-delà les bénéfices immédiats de nouvelles religions en voie d'institutionnalisation, d'autres espaces sacrés. Ces religiosités parallèles ont accentué les formes individualistes du croire hors institution. Est apparu un « nomadisme religieux » qui s'exprime à travers des attaches temporaires mais fortes : quêtes de connaissances, de systèmes explicatifs qui donnent sens et répondent à des questions existentielles d'une part, mais aussi attrait envers un religieux festif, événementiel et culturel qui passe par une médiatisation en phase avec une société de l'information et de la haute technologie, d'autre part.


Haut de page

Sommaire

à lire

Identités, marges, médiations. Regards croisés sur la société japonaise. Actes des trois tables rondes japonaises, 1997-1998. Sous la direction de Jean-Pierre Berthon, Anne Bouchy, Pierre F. Souyri, École française d'Extrême-Orient, 2001.

Contact

Jean-Pierre Berthon
Centre de recherches sur le Japon
CNRS-EHESS
Tél. : +33 (0)1 53 63 51 62
Mél : berthon@ehess.fr

Consulter le site web
Centre de recherches sur le Japon

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide