Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Le CCFD : une ONG aux prises avec son identité confessionnelle

Claire de Galembert, sociologue au Groupe d'analyse des politiques publiques (GAPP), a rédigé en 2000 un rapport sur le Comité catholique contre la faim et pour le développement. Elle s'y demandait en quoi le paramètre interreligieux pouvait peser sur l'action de cette ONG catholique dans les pays musulmans du Maghreb et du Machrek.

elt_catholiscisme_02Créé en 1961, le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) est devenu la plus importante ONG de développement française. Il intervient notamment dans les pays du Maghreb et du Machrek, où il soutient plus d'une centaine de projets. Or dans ces régions, majoritairement musulmanes, la progression de l'islamisme constitue une contrainte non négligeable pour les partenaires que l'association soutient sur le terrain. Dans un rapport relatif à l'impact des rapports interreligieux sur l'activité du CCFD, Claire de Galembert a analysé la manière dont cette contrainte pèse sur l'action de l'organisation.

« L'islamisme, autant qu'un défi externe, représente un facteur de perturbation interne au sein de l'organisation. Il fait affleurer des interrogations relatives à l'identité d'une ONG, qui, comme le deuxième 'C' de son acronyme l'indique, se réfère au catholicisme », analyse Claire de Galembert. Tout se passe comme si la montée en puissance du référent religieux dans les zones d'intervention de l'association contribuait à révéler les tensions inhérentes à sa structure. En effet, le CCFD est pris entre deux mondes sociaux : le monde ecclésial et le monde des professionnels du développement. Et les deux n'ont pas la même conception de la nature des actions à mener. Lorsqu'ils instruisent, présélectionnent puis suivent les projets financés, les permanents de l'organisation privilégient la compétence et l'efficacité. Dans cette perspective, l'identité religieuse de leurs partenaires n'est aucunement prioritaire, pas plus que les cibles visées par l'action de développement soutenue.

À cette vision universaliste du développement se heurte une vision plus confessionnelle selon laquelle, du fait de son ancrage catholique, le CCFD doit rester un outil d'influence de l'Église, voire un instrument de défense des intérêts du christianisme. Les débats sur l'aide à apporter aux minorités chrétiennes en terre d'islam sont, à cet égard, exemplaires d'une organisation, qui est plus dépendante des réseaux ecclésiaux qu'elle ne semble parfois le savoir.

Le CCFD est une association loi 1901, composée de 28 mouvements et services d'Église.
Avec une structure permanente de 170 salariés, le CCFD mobilise un réseau de 15 000 bénévoles répartis dans 99 comités diocésains et 1 500 équipes locales.
Ses missions : appuyer des projets de développement ; sensibiliser l'opinion publique à la situation des pays pauvres. 


Haut de page

Sommaire

à lire

Les partenaires du CCFD au service du dialogue interreligieux et interculturel dans le bassin méditerranéen, Claire de Galembert, CRP, 2004.

Contact

Claire de Galembert
Groupe d'analyse des politiques publiques (GAPP)
CNRS-ENS Cachan
Tél. : +33 (0)1 47 40 59 61
Mél : galembert@gapp.ens-cachan.fr

Consulter le site web
GAPP

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide