Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Juif ou israélite ? Halte à la polémique

Le modèle israélite, généralement considéré comme très localisé dans l'espace et dans le temps est une exception culturelle et politique liée au modèle d'intégration « à la française ». L'expérience israélite du XIXe siècle a laissé la place, après la Shoah, au renouveau de l'identité juive. Comme en témoigne Chantal Bordes-Benayoun, sociologue au Centre d'anthropologie.

elt_judaisme_01Si l'on suit son cours philologique, le terme « israélite » se définit toujours par opposition ou contraste avec d'autres termes. « Hébreu, israélite, juif. Trois visages, trois nuances linguistiques et trois étymologies cachées. Hébreu, l'errant ; Israélite, l'indompté ; juif, le fidèle », écrit l'historien Ricardo Calimani1

Les réactions de l'opinion à l'énoncé du terme « israélite » vont de l'étonnement à des prises de position diamétralement opposées. Certains le récusent avec véhémence car il évoque une manière d'être juif associée à l'image du « juif honteux » . D'autres au contraire l'acceptent totalement. Ces différences sont encore plus fortes dans la perception que peuvent avoir les non juifs de l'usage de ce terme quelque peu suranné.

Les subtilités sémantiques s'estompent, d'autant qu'une certaine proximité phonétique fait qu'on peut confondre israélite et israélien, et que le terme israélite permet tout simplement pour beaucoup d'éviter celui de juif. Entre rejet et confusion, entre méconnaissance réelle et ignorance feinte, une certaine charge émotionnelle entoure pour le moins l'usage de ce vocable.

Aujourd'hui le terme « israélite » est donné par la plupart des dictionnaires comme dépassé ou tombé en désuétude mais reste encore associé à sa fonction d'« euphémisation ». En fait, c'est « le plus ancien nom utilisé pour désigner un membre de la nation formée par les douze fils de Jacob, les enfants d'Israël ».


Haut de page

Sommaire

à lire

• Cabanel P., Bordes-Benayoun C. (ed.), Juifs et israélites, un modèle d'intégration, Berg International, 2004.

• Bordes-Benayoun C. (éd.), Les juifs et la ville, Presses Universitaires du Mirail, 2000.

Contact

Chantal Bordes-Benayoun
Centre d'anthropologie
CNRS-EHESS-Universités Toulouse 2 et 3
Tél. : +33 (0)5 61 55 80 70
Mél : chantal.bordes@univ-tlse2.fr

Consulter le site web
Centre d'anthropologie

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide