Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Attention article publié avant décembre 2005

Avant-propos

États des Dieux

Le politique et le sacré

Que l'on soit croyant ou athée, fidèle pratiquant ou adepte plus occasionnel, indifférent, sceptique ou hostile au fait religieux, nul ne peut échapper à l'omniprésence des croyances dans nos sociétés modernes. Ces croyances, religieuses ou non, organisent les systèmes de représentation, les règles de vie et pratiques culturelles. Beaucoup sont enracinées dans un passé très ancien, certaines meurent, d'autres évoluent, de nouvelles apparaissent… Toutes nous apprennent beaucoup sur notre époque, nos craintes, nos fantasmes, notre histoire, l'état de nos savoirs.

La loi du 9 décembre 1905 a officialisé en France la séparation institutionnelle des Églises et de l'État. Cent ans après, la dualité entre laïcité et religion reste au cœur des débats mais avec d'autres enjeux et au-delà de ses fidèles. Ainsi, en France, la religion de chacun ne concerne pas l'État dans la mesure où elle reste dans la sphère privée. Mais dès lors qu'il devient une expérience collective, le choix religieux peut déborder sur l'espace public et devenir une affaire d'État. Églises et États ont toujours été intimement liés. Juridiquement, car les Églises ne peuvent se passer d'un statut de droit étatique. Politiquement, car il faut prévenir ou apaiser les conflits religieux et délivrer aux plus jeunes comme à leurs aînés des messages de tolérance.

Ce numéro veut tout d'abord présenter le fait religieux, en France et à l'étranger. Où l'on constatera que, dans notre monde contemporain, coexistent des États confessionnels et des États non confessionnels ou « laïques » avec des degrés d'ingérence plus ou moins forts. Les croyances religieuses évoluent avec les progrès scientifiques et la modernité, offrant une place de choix à celles et ceux qui nourrissent des idées avant-gardistes et militantes et bousculent les mentalités.

En croisant approche géographique, questionnement socio-politique et démarche historiographique, ce numéro souhaite proposer une grille de lecture nouvelle et synthétique du fait religieux. Il s'inscrit dans le débat entre historiens, sociologues, acteurs politiques et religieux, entre idéalistes et matérialistes, philosophes et théologiens, croyants et sceptiques… Pour mieux décrypter le monde contemporain à travers les fondements et la genèse de l'idéal laïque, la montée en puissance des intégrismes religieux, les liens et les ruptures entre les régimes politiques et les religions…

La rédaction de CNRS Thema (mars 2005).


Haut de page

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide