Moteur de recherche

 

Espace presseThema

Un chercheur en lutte contre la guerre chimique

Armand Lattes, professeur émérite de chimie, a longtemps travaillé à des méthodes de destruction des armes chimiques et de décontamination de sites pollués.

En tant que chimiste, quelles relations entretenez-vous avec les militaires ?
Armand Lattes. De 1994 à 1998, j'ai été le président du Conseil scientifique de défense chimique et biologique. Ce Conseil a toujours été présidé par des universitaires. Le Secrétariat général de la défense nationale a en effet voulu associer les chercheurs du CNRS dans sa lutte contre les armes chimiques. J'ai aussi travaillé avec l'OTAN pour mettre au point des méthodes de destruction d'armes chimiques (en collaboration avec l'université de Saint-Pétersbourg, Russie) et de décontamination de sites d'expérimentation d'armes chimiques (avec l'université de Boumerdès, Algérie).

L'Armée encourage-t-elle la recherche contre les armes chimiques ?
A. L. Il existe à la Direction générale de l'armement (DGA) des systèmes de bourses de doctorat pour promouvoir la recherche civile sur ces thématiques. Le Ministère de la Recherche soutient lui aussi ces projets. Les deux volets essentiels concernent les systèmes de détection (mise au point de capteurs) et les méthodes de décontamination des sites pollués mais aussi des personnes éventuellement contaminées. En France, dans le cadre de la convention internationale contre les armes chimiques, 400 tonnes d'ypérite de la guerre de 1914-1918 doivent encore être détruites d'ici à 2007 !

Comment concilier la position de chercheur et de citoyen ?
A. L. Il s'agit avant tout de renoncer à participer à des travaux de mise au point de produits dangereux. Mais il s'agit aussi de faire attention lorsqu'on veut tirer la sonnette d'alarme. Il n'est pas toujours évident d'alerter les autorités et la communauté scientifique sur la dangerosité d'un produit sans pour autant attirer l'attention de gens mal attentionnés comme les groupes terroristes. Nous restons cependant totalement libres de ce que nous publions. Et c'est à nous de décider du risque que nous prenons en divulguant certains résultats.

logo_tf1


Haut de page

Sommaire

Contact

Armand Lattes
Président de la Société française de chimie
Unité « Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique » (IMRCP)
CNRS-Université Toulouse 3
Tél. : +33 (0)5 61 55 62 70
Mél : lattes@chimie.ups-tlse.fr

Consulter le site web :
IMRCP

Pour info
Armand Lattes a été associé au Comité d'expert de Total en charge d'étudier les causes possibles de l'explosion de l'usine AZF de Toulouse en septembre 2001.

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide