Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, le 10 février 2005

Inauguration du Centre d'édition numérique scientifique du CNRS, vendredi 18 février 2005 à Lyon

Pour passer de l'édition papier à l'édition électronique, les rédactions des revues scientifiques de sciences humaines et sociales pourront maintenant solliciter le Centre d'édition numérique scientifique, une structure créée par le CNRS à l'initiative du département des sciences de l'homme et de la société et installée à l'École normale supérieure lettres et sciences humaines à Lyon. Inauguré le 18 février et déjà opérationnel, ce Centre s'inscrit dans un projet plus large, le TGE[1] ADONIS[2] : très grand équipement d'accès unique aux données et aux documents numériques des sciences de l'homme et de la société.

 

Moins de 2 % des publications françaises produites en sciences de l'homme et de la société sont aujourd'hui visibles sur Internet, alors qu'elles représentent en réalité près de 20 % de la production mondiale[3]. Cette situation est d'autant plus paradoxale que le passage en ligne des productions éditoriales contribue au renouvellement des méthodes de travail du chercheur. Pour accompagner les équipes scientifiques françaises dans cette évolution, le Centre d'édition numérique scientifique (CENS) bâtit également une plateforme de diffusion compatible au plan international. Les choix technologiques adoptés reposent sur un accord avec le consortium canadien Erudit[4], dernier-né dans le domaine. Dès le mois de mars, l'équipe du CENS, composée de 15 personnes[5], va engager la production de « numéros O » d'une trentaine de revues. L'inauguration a lieu vendredi 18 février à Lyon.

 

Mais le CENS ne représente qu'un des défis du TGE ADONIS, qui construit sur Internet un espace unifié de navigation et d'intertextualité. Rien à voir avec un simple portail rassemblant différents sites ! Les grands documents des sciences de l'homme et de la société qui concernent le TGE sont les suivants : près de 2000 thèses obtenues chaque année, 350 revues françaises et leurs 8 millions de pages[6], des bases bibliographiques (qui cumulent plus de 6 millions d'entrées) mais aussi les sources auxiliaires (catalogues, actes de colloques, inventaires, publication de fouilles) et les supports de communication scientifique directe (littérature grise, archivage).

 

Cette grande amplitude documentaire permettra une meilleure accessibilité, une nouvelle forme de circulation et de réactualisation du « bien informatif ». L'ensemble ouvre sur un dispositif d'un type nouveau, associant production et usage de l'information scientifique. Ainsi, un Observatoire des usages, intégré au TGE, fournira des observations inédites de l'activité scientifique[7].

 

D'ici un an, prévoit Andrea Iacovella son directeur, trois autres champs prioritaires seront lancés, la numérisation rétrospective des volumes papier de toutes les revues, le volet « recherche et développement » notamment sur l'enseignement à distance et la sémantique électronique et enfin, la liaison avec les bases bibliographiques. Une version internationale du TGE ADONIS est déjà à l'étude avec les organismes de recherche des pays à forte tradition dans les sciences de l'homme et de la société : Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne, Hollande, Canada, États-Unis.

 

Planifié pour dix ans, l'ensemble du dispositif mobilisera près d'une centaine de chercheurs et d'ingénieurs, pour un budget total de 34 millions d'euros.

 

Le CENS, créé à l'initiative du département des Sciences de l'homme et de la société du CNRS, est un chantier prioritaire de sa politique scientifique. Favoriser la diffusion de la production scientifique française est une action menée depuis près de trois ans et qui a notamment déjà permis la création de Biblio-SHS http://biblioshs.inist.fr/, le portail des ressources électroniques en SHS.  

 

 

 

Présentation à la presse du CENS et du TGE ADONIS :

vendredi 18 février 2005, 11 h, au Club de la presse de Lyon, 4 rue de la Charité

renseignements : 04 37 37 62 74

 

 



[1] Hors de portée pour un seul organisme de recherche, un « très grand équipement » permet de mutualiser les moyens pour un meilleur partage des ressources et de structurer des recherches interdisciplinaires dans le cadre d'une activité internationale.

[2] Installé à Lyon également.

[3] 1400 titres de revues SHS sont répertoriés au plan international.

[4] Initié par trois universités du Québec pour encourager de nouveaux modèles d'édition et de communication scientifique, le consortium Erudit a déjà produit et diffusé en ligne une cinquantaine de revues de SHS. Il a développé une plate-forme spécifique à la structuration des articles de revues, basés sur des normes et des standards ouverts.

[5] Réseau entre Paris, Nancy et Lyon.

[6] En comptabilisant les anciens numéros, car les sciences de l'homme et de la société s'intéressent aux fonds anciens et très anciens.

[7] Notamment par la traçabilité possible à partir de la production et de l'exploitation active des documents en ligne.


Contacts :

Contact chercheur :
Andrea Iacovella
Directeur du Centre d'édition numérique scientifique du CNRS
Tél. 04 37 37 65 95
Mél : andrea.iacovella@ens-lsh.fr

Contact département des sciences de l'homme et de la société du CNRS :
Armelle Toulemonde, communication
Tél. 01 44 96 40 21, mél : armelle.toulemonde@cnrs-dir.fr

Contact presse :
Magali Sarazin
Tél. 01 44 96 46 06, mél : magali.sarazin@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique