Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 22 février 2018

Protéger à la fois la richesse et la connectivité des espèces dans un réseau d'aires marines protégées augmente la persistance de ces espèces

Des chercheurs de l'EPHE, de l'Université de Montpellier, avec le soutien du CNRS, ainsi que de quatre universités ou instituts étrangers1 ont montré que considérer la connectivité des populations de poissons en plus de la richesse en espèces augmente la persistance des populations dans le réseau des aires marines protégées (AMP) de la mer méditerranée. Cette étude publiée dans la revue scientifique Conservation Letters en février 2018 est la première à montrer un bénéfice d'un réseau d'AMP sur la persistance des populations en considérant conjointement la représentation en espèces et leur connectivité.

Télécharger le communiqué de presse :  Protéger à la fois la richesse et la connectivité des espèces dans un réseau d\'aires marines protégées augmente la persistance de ces espèces

Notes :

1James Cook University, Australie ; Ministry of Environment, Brésil ; University of Victoria, Canada ; Chalmers University of Technology, Suède.

Références :

Biologically representative and well-connected marine reserves enhance biodiversity in conservation planning. Magris RA, Andrello M, Pressey RL, Mouillot D, Dalongeville A, Jacobi MN, Manel S. Conservation Letters.

Contacts :

Contact chercheur | Stéphanie MANEL | 04 67 61 32 35 | stephanie.manel@ephe.psl.eu ou stephanie.manel@cefe.cnrs.fr

Presse EPHE | Patricia LEDOUX | 01 53 63 61 50 | patricia.ledoux@ephe.psl.eu
Presse CNRS | 01 44 96 51 51 | presse@cnrs.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique