Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 15 février 2018

Un mécanisme de détection de la virulence microbienne chez la drosophile

Des chercheurs strasbourgeois du laboratoire Modèles insectes d'immunité innée (CNRS) et de l'Institut pluridisciplinaire Hubert-Curien (CNRS/Université de Strasbourg) ont mis en évidence un mécanisme original de reconnaissance des infections chez la mouche drosophile. Il permet de détecter l'activité des enzymes microbiennes responsables de la virulence, plutôt que des motifs moléculaires spécifiques des microorganismes, qui constituent des signaux de « non-soi ». Ces résultats sont publiés le 15 février 2018 dans la revue Molecular Cell.

Télécharger le communiqué de presse : Persephone

Références :

The Circulating Protease Persephone Is an Immune Sensor for Microbial Proteolytic Activities Upstream of the Drosophila Toll Pathway, Najwa Issa, Nina Guillaumot, Emilie Lauret, Nicolas Matt, Christine Schaeffer-Reiss, Alain Van Dorsselaer, Jean-Marc Reichhart and Florian Veillard. Molecular Cell, le 15 février 2018.

Contacts :

Chercheur l Florian Veillard l T 03 88 41 70 37 l f.veillard@ibmc-cnrs.unistra.fr

Presse CNRS l T 01 44 96 51 51 l presse@cnrs.fr
Presse Université de Strasbourg l Anne-Isabelle Bischoff I 06 47 58 72 05 I anne-isabelle.bischoff@unistra.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique