Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 2 février 2015

Alain Schuhl devient directeur de l'institut de physique du CNRS

Alain Schuhl a été nommé directeur de l'institut de physique du CNRS par Alain Fuchs, président de l'organisme. Professeur de l'université Joseph Fourier et chercheur en nanosciences, il dirigeait depuis quatre ans l'Institut Néel (CNRS) à Grenoble, l'un des plus importants laboratoires de physique du CNRS. Entré en fonction le 1er février 2015, il succède à Fabrice Vallée, appelé à d'autres fonctions.

Professeur de physique à l'université Joseph Fourier, Alain Schuhl dirigeait depuis le 1er janvier 2011, l'Institut Néel (CNRS) à Grenoble. Alain Schuhl occupe plusieurs postes à responsabilités : il est membre du bureau de la Fondation Nanosciences et du conseil d'administration de l'université Joseph Fourier (depuis 2012). Il est par ailleurs membre senior de l'Institut universitaire de France depuis 2010.

Né le 29 août 1957 à Paris, Alain Schuhl est un ancien élève de l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm. Après une thèse de troisième cycle en physique de la matière condensée obtenue en 1980 à l'UPMC, il a accompli son service national comme professeur de physique à l'université de Lima (Pérou). C'est à l'université Paris-Sud, sous la direction de Jacques Friedel, pionnier de la physique des solides et médaille d'or du CNRS en 1970, qu'il a effectué une thèse en sciences physiques sur la contribution à l'étude du magnétisme de surface de l'hélium 3 (He3) liquide.

Une fois son doctorat d'Etat en poche en 1986, il a intégré deux ans plus tard le laboratoire central de Thomson-CSF (aujourd'hui Thalès) à Corbeville. Il a participé à la création de l'unité mixte de physique (CNRS/Thalès). Quatre ans après, en 1999, il a rejoint la ville de Nancy pour constituer une équipe de dix chercheurs et un parc instrumental adapté à la spintronique au sein de l'université Henri Poincaré. Puis, en 2006, il s'est établi à Grenoble. Professeur de l'université Joseph Fourier depuis cette année-là, il a dirigé le laboratoire Spintec de 2007 à 2010. Au sein de cette unité de CEA/CNRS/UJF, il a poursuivi ses travaux de recherche sur les jonctions tunnel magnétiques. Avec en perspective des applications de la spintronique aux mémoires magnétiques, aux oscillateurs radiofréquence et aux capteurs magnétiques.

Alain Schuhl est co-auteur de 140 publications scientifiques et à l'origine de 21 brevets. Pour ce passionné de science, la carrière scientifique se conjugue avec celle de vulgarisateur. Depuis 2004, il a écrit, seul ou en collaboration, sept ouvrages de vulgarisation scientifique dont plus la moitié est destinée aux jeunes : Le labo du cuistot paru en 2012 (Ed. Le Pommier), A l'intérieur de l'ordinateur en 2011 (Ed. Le Pommier) et Le labo des sons et lumières en 2010 (Ed. Le Pommier).

Alain Schuhl a obtenu le prix de la meilleure invention de Thomson-CSF pour un capteur de champ magnétique en 1999, puis le grand prix de la recherche de l'Association des universités de Lorraine en 2003 avant de remporter, en 2010, le prix Yves Rocard de la Société française de physique.

Alain-Schuhl

© Florence Fernandez

Alain Schuhl



Contacts :

Presse CNRS l Priscilla Dacher l T +33 (0)1 44 96 46 06 l priscilla.dacher@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique