Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 1er juillet 2014

La biodistribution des nanotubes de carbone dans l'organisme

Après avoir mis au point une méthode de marquage isotopique qui rend possible une détection extrêmement sensible des nanotubes de carbone au sein d'organismes vivants1, des chercheurs du CEA et du CNRS ont étudié le devenir de ces nanotubes sur une période d'un an chez l'animal. Chez la souris, ils montrent qu'une faible fraction (0,75 %) de la quantité de nanotubes initialement absorbée par voie respiratoire franchit la barrière pulmonaire, pour se relocaliser dans le foie, la rate et la moelle osseuse. Si ces résultats ne sont pas extrapolables à l'homme, cette étude démontre l'importance de mettre au point des approches ultrasensibles pour évaluer le comportement de nanoparticules chez l'animal. Elle est publiée dans ACSNano.

Téléchargez le communiqué de presse : Nanotubes


Notes :

1J. Am. Chem. Soc. (2009). 131, 14658-14659.

Références :

ACS Nano. 2014 May 28. Carbon Nanotube Translocation to Distant Organs after Pulmonary Exposure: Insights from in Situ 14C-Radiolabeling and Tissue Radioimaging. Czarny B1, Georgin D, Berthon F, Plastow G, Pinault M, Patriarche G, Thuleau A, L'Hermite MM, Taran F, Dive V. Consulter le site web

Contacts :

Presse :
CNRS l Priscilla Dacher l T +33 (0)1 44 96 46 06 l priscilla.dacher@cnrs-dir.fr
CEA l T +33 (0)1 64 50 20 11 l
François Legrand l francois.legrand@cea.fr
Patrick Cappe De Baillon l patrick.cappedebaillon@cea.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique