Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 24 juillet 2007

Découverte du plus ancien style pictural pompéien

Au début des campagnes de fouilles (1) menées en 2005 et 2006, rien d'inédit sous le soleil de Pompéi… jusqu'à ce que l'équipe conduite par Jean-Pierre Brun, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre Jean Bérard à Naples (CNRS / École française de Rome), et par Martine Leguilloux, archéozoologue au Centre archéologique du Var, découvre une peinture d'un style nouveau. Antérieure au premier style pompéien (2) et jusqu'à présent ignorée sur ce site, il s'agit en quelque sorte, d'un "style zéro" de la peinture pompéienne. Une telle découverte remet en cause certains acquis de l'histoire de l'art antique.

Une fresque d'un style nouveau découverte à Pompéi et toute la communauté des chercheurs en histoire de l'art antique est aux aguets. Cette découverte est une conséquence indirecte du programme de recherche piloté depuis sept ans par Jean-Pierre Brun (3). Portant sur l'artisanat antique (parfumerie, tannerie, teinture, artisanat du fer, du plomb, etc), ce programme vise à améliorer notre connaissance des techniques antiques. Mais pourquoi choisir d'étudier Pompéi ? Ce site à l'état de conservation exceptionnel est aussi l'un des seuls offrant la possibilité de distinguer les différents types d'artisanat. Partant de là, les chercheurs espèrent définir des modèles interprétatifs applicables à d'autres sites moins bien conservés.

 

Partie intégrante du programme de fouilles, l'îlot de la tannerie de Pompéi est situé en périphérie de la ville, à proximité des théâtres. Il comporte trois zones placées au cœur des activités artisanales, à savoir le secteur des derniers traitements des cuirs, la cour de la tannerie et la salle des cuves consacrées au tannage. C'est en effectuant des fouilles stratigraphiques sous la tannerie, afin de déterminer l'histoire du bâtiment, qu'une salle de réception, ornée d'une peinture d'un style antérieur aux quatre styles déjà connus, a été découverte. Il faut savoir que Pompéi est également réputée pour ses vestiges picturaux, correspondant à quatre styles utilisés comme références dans la classification de la peinture antique. Datée entre la fin du IV e siècle et le tout début du III e siècle av. J.-C. (époque de la domination samnite (4) sur la ville), cette salle, équipée pour accueillir des banquets aristocratiques, abrite une peinture d'un style jusqu'alors inconnu à Pompéi et complètement différent du "fameux premier style pompéien". Il s'agit d'un décor simple mais élégant, formé d'une haute plinthe noire surmontée de filets noirs et rouges et d'une frise d'ondes marines noires sur fond blanc.

 

Or, ce style de peinture avait déjà été repéré dans la nécropole de Cumes, ancienne colonie grecque fondée au VIIIe siècle av. J.-C. et située à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Naples. Effectivement, le vestige pompéien trouve son exact pendant dans une fresque recouvrant la paroi d'une tombe. Cette dernière représente l'intérieur d'une maison aristocratique : on y voit la défunte, femme de la haute société, assise sur un trône et servie par une domestique. À l'arrière de cette scène se déploie le même décor qu'à Pompéi, à savoir une plinthe et des ondes sur fond blanc.

 

Une telle découverte, fondamentale pour l'art antique, permet de caractériser un style de peinture jusqu'à présent ignoré. Antérieur au premier style pompéien, ce "style zéro" semble typique de la Campanie du IVe siècle, qui était alors dominée par les Samnites. Il sera par la suite supplanté par le premier style devenu quasiment omniprésent à partir du III e siècle avant J.-C..

 

Photo des vestiges "style 0"

© J.-P. Brun / CNRS 2007 (cette image est disponible auprès de la photothèque du CNRS, phototheque@cnrs-bellevue.fr)

Fragments de la peinture murale antérieure au premier style découverte dans les niveaux archéologiques sous la tannerie de Pompéi.


 

Photo fresque de cumes

© Naples, Musée archéologique national. Cliché R. Benassai (tiré de l'ouvrage : R. Benassai La pittura dei Campani e dei Sanniti. Roma, L'Erma di Bretschneider, 2001, fig. 179)

Tombe peinte datant de la fin du IVe siècle située dans la nécropole Cumes.


 

Photo Maison du faune _premier style

© J.-P. Brun / CNRS 2007 (cette image est disponible auprès de la photothèque du CNRS, phototheque@cnrs-bellevue.fr)

Paroi de l'entrée de la Maison du Faune à Pompéi portant un décor du premier style.


 

 


Notes :

(1) Les fouilles archéologiques liées au programme sur l'artisanat à Pompéi et Herculanum font partie d'une mission archéologique "Italie du Sud". Cette mission, qui intervient en outre à Paestum, Cumes et Saepinum, bénéficie d'un financement du ministère des Affaires étrangères de 30 000 euros par an.
(2) Pompéi, détruite par l'éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C., est pour les archéologues un véritable musée de la peinture murale romaine du III e siècle av. J.-C. au Ier siècle après J.-C. Quatre styles successifs y ont été individualisés (voir encadré).
(3) Ce spécialiste du vin et de l'huile dans la Méditerranée hellénistique a été récompensé, en 2005, par la médaille d'argent du CNRS.
(4) Les Samnites sont des tribus sabelliennes établies dans une région montagneuse d'Italie centrale du VIIe siècle av. J.-C. à la fin du IIIe siècle av. J.-C. Dans le courant du Ve siècle, ils conquièrent de nombreuses villes de plaine ou sur le littoral, notamment des cités grecques comme Cumes ou Paestum. De -343 à -290, trois guerres dites samnites les opposèrent aux Romains pour la domination de la Campanie. Les Samnites sont alors obligés de se reconnaître vaincus et vassaux de Rome.

Contacts :

Contact chercheur
Jean-Pierre Brun
T 00393477026628
berard@unina.it

Contact presse
Priscilla Dacher
T 01 44 96 46 06
priscilla.dacher@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique