Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 28 mars 2003

Mimivirus : découverte d'un virus géant.

Une équipe de chercheurs marseillais a isolé et caractérisé chez une amibe un virus dont la taille dépasse largement celle des virus aujourd'hui recensés. Ce virus, baptisé Mimivirus par ses découvreurs (Bernard La Scola et al., université de la Méditerranée, faculté de médecine, unité des Rickettsies, CNRS UMR 6020), possède un diamètre et surtout un matériel génétique équivalent en taille à celui de certaines bactéries, bien plus important que n'importe quel autre virus identifié jusqu'à aujourd'hui. D'après les études phylogénétiques réalisées, le mimivirus appartient à une nouvelle famille virale. Des données préliminaires laissent également entendre qu'il pourrait être un agent de pneumonie pour l'homme. Mais ce virus ne saurait en aucun cas être associé à la nouvelle forme de pneumonie récemment apparue : en effet, sa taille exceptionnelle aurait permis une rapide identification.
Ces travaux font l'objet d'une publication dans la revue Science du 28 mars 2003.

C'est en recherchant la présence de légionnelles, les bactéries agents de la légionellose, dans les circuits de refroidissement d'eau de systèmes de climatisation que les chercheurs ont découvert la présence du Mimivirus dans des amibes libres de l'eau. D'abord pris pour une bactérie lors de l'observation en microscopie optique (coloration Gram positive de petites particules ressemblant à des coques, d'où le nom de Mimivirus, pour Mimicking microbe), il s'est avéré que ces particules possédaient une structure et une morphologie caractéristiques de virus (structure icosaédrique de la capside et particules se formant à partir du noyau mis en évidence en microscopie électronique). L'utilisation d'anticorps monoclonaux fluorescents couplés à une analyse en microscopie confocale ont permis de constater un cycle de développement de type viral avec notamment l'existence d'une phase d'éclipse. De plus, les expériences de biologie moléculaire réalisées sur ces particules ont montré qu'elles ne possédaient pas certains composants moléculaires bactériens spécifiques (absence des gènes ribosomaux 16S mis en évidence par la PCR(1)). Le Mimivirus se présente comme une particule non enveloppée de forme icosaédrique d'un diamètre de 400 nm, entouré de fibrilles de 80 nm de long, renfermant un ADN bicaténaire de près de 800 000 paires de bases. La taille de son génome (le plus grand de tous les virus répertoriés) est supérieure à celle de certaines bactéries et la taille de ses particules atteint celles de petites bactéries. Il a été possible d'identifier dans son génome environ 900 gènes. L'analyse comparative du gène codant pour la ribonucleotide reductase, une des protéines du Mimivirus, avec celles des autres grands virus à ADN, révèle certes certains liens de parenté avec des virus comme celui de la variole, mais permet surtout d'affirmer que ce virus a divergé très tôt dans l'évolution et qu'il fait partie d'une nouvelle famille. Enfin, certaines évidences sérologiques préliminaires (titres en anticorps) montrent que le Mimivirus pourrait être un agent de pneumonies. Un modèle animal réalisé chez des souris infectées par voie intranasale montre que des particules virales sont isolées en culture à partir du tissus pulmonaire pendant au moins 3 semaines après l'inoculation.

Mimivirus observé en microscopie électronique à balayage

© B. La Scola et S. Nitsche - CRMC2

Notes :

(1) Polymerase Chain Reaction ou Réaction en Chaîne par Polymérase.

Contacts :

Contact presse :
Muriel Ilous
Tèl : 01 44 96 43 09
Mèl : muriel.ilous@cnrs-dir.fr

Contact chercheur:
Bernard La Scola
Tèl : 04 91 32 43 75
Mèl : bernard.lascola@medecine.univ-mrs.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique