Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 4 juillet 2011

Accord entre le CNRS, Hydro-Québec, l'Université de Montréal et Süd-Chemie pour la commercialisation d'un matériau-clé des batteries rechargeables

Le CNRS, Hydro-Québec (Canada) et l'Université de Montréal (Canada), copropriétaires des droits des brevets sur le Lithium Metal Phosphate (LMP), ont signé un accord avec Süd-Chemie pour accélérer la production et la commercialisation mondiale de ce matériau capital dans le perfectionnement des batteries rechargeables.

Les batteries rechargeables ont littéralement changé notre quotidien. Sans elles, les téléphones portables, les ordinateurs portables et les véhicules hybrides et électriques n'existeraient pas. Or, ces batteries peuvent être grandement perfectionnées en utilisant le Lithium Metal Phosphate (LMP), et plus précisément le Lithium Fer Phosphate (LFP), comme matériau de cathode innovateur, puissant et sûr.

Cette technologie va désormais pouvoir être mise à disposition à l'échelle mondiale. En effet, le CNRS, Hydro-Québec (Canada) et l'Université de Montréal (Canada), copropriétaires des droits des brevets clés sur le LMP/LFP, viennent de signer un accord permettant une commercialisation mondiale de ces matériaux avec la société allemande Süd-Chemie AG.

Licencié exclusif de la technologie LMP/LFP, Süd-Chemie s'est accordé avec les trois copropriétaires afin de faciliter la distribution de cette technologie par la création de la société LiFePO4+C Licensing AG (Suisse). La mission de cette filiale de Süd-Chemie est aujourd'hui d'accorder des sous-licences à des fabricants de LMP/LFP disposés à proposer des produits de grande qualité.

A ce jour, quatre sous-licences ont d'ores et déjà été signées avec deux entreprises japonaises, Sumitomo Osaka Cement Co. Ltd. et Mitsui Engineering & Shipbuilding Co. Ltd, et deux entreprises taiwanaises, Tatung Fine Chemicals Co. et Advanced Lithium Electrochemistry (Cayman) Co., Ltd (ALEEES). Cette dernière a entrepris de construire une usine de production industrielle dans la province de Québec (Canada). D'autres signatures de sous-licences, en nombre limité, sont prévues prochainement afin de satisfaire l'intégralité du marché mondial.

La technologie LMP/LFP de base a été inventée par John Goodenough, membre de la faculté de l'Université du Texas à Austin. Son potentiel a d'abord été reconnu par Michel Armand, directeur de recherche au CNRS qui a, par la suite, collaboré avec Nathalie Ravet et Michel Gauthier au sein de l'Université de Montréal et du Centre de Recherche d'Hydro-Québec (IREQ). Michel Armand a contribué à l'exploration et au développement de cette technologie en collaboration avec Hydro-Québec et l'Université du Texas à Austin.


Contacts :

Presse
CNRS l Julien Guillaume l T 01 44 96 46 35 l julien.guillaume@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique