Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 15 mars 2011

Un nouveau gène de la longévité ouvre de nouvelles pistes pour vieillir mieux

Depuis 1999, on sait que l'ablation de la lignée germinale, les cellules à l'origine des spermatozoïdes et des ovules, induit un accroissement substantiel de la longévité du ver nématode C. elegans. Des chercheurs du Laboratoire de biologie moléculaire de la cellule (CNRS/Ecole normale supérieure de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1) viennent de mettre en lumière l'un des principaux mécanismes moléculaires à la base de ce phénomène. Ils ont ainsi découvert un puissant gène de la longévité, nhr-80, qui pourrait permettre de trouver des cibles thérapeutiques pour lutter contre les maladies associées à la vieillesse sans affecter la reproduction. Ces résultats sont publiés le 15 mars 2011 dans Plos Biology.

L'accroissement de la longévité induit par la suppression des tissus reproducteurs a été observé chez la drosophile et chez le ver nématode C. elegans. Chez ce dernier, modèle incontournable de la génétique du vieillissement, l'opération lui donne 60% de vie en plus et lui permet un vieillissement harmonieux et en bonne santé. Les chercheurs ont de bonnes raisons de penser que ces observations sont extrapolables aux mammifères.

Les mécanismes moléculaires qui induisent cette réponse font l'objet d'intenses recherches. Si certains gènes étaient déjà connus pour être associés à l'accroissement de la longévité des vers sans lignée germinale, l'équipe du Laboratoire de biologie moléculaire de la cellule (CNRS/Ecole normale supérieure de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1) menée par Hugo Aguilaniu a montré qu'il existe une voie parallèle impliquant le gène nhr-80. Celui-ci s'est révélé être un puissant gène de la longévité. Appelés aussi gérontogènes, ils sont impliqués dans de très nombreux processus liés notamment au métabolisme et à la résistance au stress. De ce fait, leur manipulation a de profondes conséquences sur la qualité du vieillissement.

Les chercheurs ont effectué un crible génétique sur des  C. elegans dépourvus de lignée germinale et montré que les vers dont nhr-80 est muté ne voient pas leur longévité augmenter. En outre, ils ont observé qu'une surexpression du gène allonge encore plus leur vie : elle est 150% plus longue que celle de leurs congénères sauvages ! Cela démontre l'importance de nhr-80, qui code pour un récepteur nucléaire dont l'activation par une hormone encore inconnue enclenche l'expression ou la mise sous silence de centaines d'autres gènes.
 
Les chercheurs se sont alors demandé quels étaient les gènes les plus importants placés sous la tutelle de nhr-80. Ils ont ainsi trouvé le gène fat-6, cible de nhr-80, qui code pour une enzyme qui transforme un acide gras saturé (l'acide stéarique) en un acide gras insaturé (l'acide oléique, par ailleurs composant principal de l'huile d'olive). Cette « désaturation » des acides gras est fondamentale puisque les vers dépourvus de lignée germinale ne présentent plus aucun gain en longévité lorsqu'ils sont incapables de transformer l'acide stéarique en acide oléique à cause d'une mutation de leur gène fat-6. Reste à présent aux chercheurs à comprendre comment une augmentation du taux d'acide oléique induit une réponse adaptative débouchant sur une longévité accrue.

Le but de ces recherches est de récapituler les effets de l'ablation de la lignée germinale chez un organisme fertile, c'est à dire, d'induire les réarrangements génétiques et métaboliques qui ont lieu suite à cette opération afin d'en tirer les effets positifs sur la longévité et la santé. Selon Hugo Aguilaniu, il est tout à fait possible d'envisager une telle possibilité dans un futur proche. Lorsque les cascades de régulations desquelles nhr-80 et fat-6 font partie seront mieux connues, il est très probable que de nouvelles cibles se dévoileront pour concevoir des médicaments capables de lutter d'un coup contre un ensemble des maladies liées à la vieillesse : neurodégénérescence, cancer, ostéoporose, fonte musculaire…


Références :

Fatty Acid Desaturation Links Germ Cell Loss to Longevity Through NHR-80/HNF4 in C. elegans
Jérôme Goudeau, Stéphanie Bellemin, Esther Toselli-Mollereau, Mehrnaz Shamalnasab, Yiqun Chen and Hugo Aguilaniu.
PLoS Biol. 15 mars 2011

Contacts :

Chercheur CNRS l Hugo Aguilaniu l T 04 72 72 85 74 / 06 42 36 40 44 l hugo.aguilaniu@ens-lyon.fr
Presse CNRS l Muriel Ilous l T 01 44 96 43 09 l muriel.ilous@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique