Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 18 décembre 2009

Michel Spiro, directeur de l'IN2P3/CNRS, élu président du conseil du CERN

Michel Spiro, directeur de l'Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3) du CNRS, a été élu aujourd'hui à la présidence du conseil du Cern, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire.

Michel Spiro est directeur de l'IN2P3/CNRS et Délégué scientifique français au Conseil du Cern depuis 2003. Il préside également le groupe de travail sur l'élargissement géographique et scientifique du Cern depuis cette année, et l'Appec (coordination européenne des agences en astroparticules) depuis 2008. Auparavant, il a été président du comité scientifique des expériences auprès du LEP (Grand collisionneur électron-positon du Cern) de 1998 à 2001.

 

"Je me sens très honoré d'avoir été élu à la présidence du Conseil du CERN" a réagi Michel Spiro. "Je serai le vingtième président du Conseil de l'Organisation, avec la lourde tâche d'être à la hauteur de mes illustres prédécesseurs et particulièrement de succéder au Professeur Åkesson qui a fait progresser l'Organisation d'une manière très significative. Avec les premiers résultats du LHC, la période qui vient s'annonce exaltante. Ce sont les découvertes qui seront faites auprès du LHC qui façonneront le futur de la physique des particules dans le monde et donc du CERN et de son Organisation".

 

Michel Spiro est né le 24 février 1946 à Roanne. Ancien élève de l'Ecole Polytechnique, il passe sa thèse de doctorat ès sciences à Saclay, au CEA, où il entre en 1970. En 1991, il est promu chef du service de physique des particules (SPP) du Dapnia (devenu depuis l'Irfu(1) du CEA) qu'il dirige jusqu'en 1999. Il devient chargé de mission au CEA et directeur adjoint scientifique à l'IN2P3/CNRS, pour l'astroparticule et les neutrinos. Il est nommé chef du Dapnia en 2002, puis directeur de l'IN2P3 en 2003. Ses premières recherches en physique des particules le conduisent à participer à la découverte des bosons intermédiaires W et Z (expérience UA1). Il se dirige ensuite vers l'étude des particules en provenance du cosmos en participant à l'expérience Gallex de détection des neutrinos solaires et à l'expérience Naines brunes, devenue depuis l'expérience de recherche d'objets sombres (Eros). La qualité de ses recherches lui vaut de nombreux prix : prix Joliot-Curie de la Société française de physique en 1983, prix Thibaud de l'Académie des sciences de Lyon en 1985, prix Philip Morris en 1995, prix Félix Robin de la Société française de physique en 1999 et prix de l'Association française pour le rayonnement international en 2000. Président de la division physique des particules de la Société française de physique de 1984 à 1988, il devient secrétaire de la division physique des hautes énergies de la Société européenne de physique en 2000, puis président en 2001. Parallèlement à ses activités scientifiques, Michel Spiro enseigne en qualité de maître de conférences à l'École polytechnique de 1983 à 1999, puis au DEA de physique théorique de Paris. Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages : notamment, « Particules élémentaires et cosmologie : les lois ultimes ? » et "La Matière-Espace-Temps" avec Gilles Cohen-Tannoudji, ouvrage qui a reçu le prix de l'Académie des sciences morales et politiques, "La lumière des neutrinos" avec Michel Cribier et Daniel Vignaud, et « Le LHC peut-il produire des trous noirs ? » avec Gabriel Chardin.

 

Le LHC, joyau du CERN

 

État fondateur du Cern, la France contribue à toutes les grandes collaborations internationales de l'Organisation depuis sa création en 1954, notamment son projet phare, le LHC (Grand collisionneur de hadrons), accélérateur de particules qui a été remis en route le 20 novembre dernier. Depuis, de premières collisions ont eu lieu au sein des quatre détecteurs du LHC. L'excellente maîtrise de la machine, désormais la plus puissante du monde, laisse augurer d'un rapide début d'exploitation dès février 2010. Entre temps, les expériences ont été précisément étalonnées et les chercheurs sont prêts à extraire très vite des résultats des données qui seront enregistrées. La communauté française de l'IN2P3/CNRS, des universités et du CEA est particulièrement mobilisée.

 

Pour en savoir plus :

LHC: http://lhc-france.fr

IN2P3:  http://www.in2p3.fr/


Notes :

1) Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers du CEA

Contacts :

Presse : Julien Guillaume – tél 01 44 96 46 35 - julien.guillaume@cnrs-dir.fr

Communication : Christina Cantrel – tél 01 44 96 47 60 - christina.cantrel@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique