Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 10 novembre 2009

Des rituels pour les héros morts au combat ?

Les fouilles menées depuis 2004 sur le site archéologique de Pech Maho à Sigean (Aude) ont révélé les traces de rituels d'un type totalement inédit. En l'an 200 avant notre ère, après une destruction brutale, de nombreuses personnes reviennent à Pech Maho pour des rituels funéraires, mêlant sacrifices animaliers et crémation de dépouilles humaines, en l'honneur de héros vraisemblablement morts au combat. Sous la direction d'Eric Gailledrat du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes(1) (CNRS / Université de Montpellier 3 / Ministère de la culture et de la communication / Inrap), les fouilles, menées par une équipe pluridisciplinaire associant entre autres Armelle Gardeisen(1), archéozoologue et Henri Duday(2), archéothanotologue, ont permis de mettre au jour une pratique encore jamais observée auparavant.


Fondé au VIe siècle avant notre ère, Pech Maho est un port de commerce tourné vers les échanges avec la Méditerranée. Peu avant -200, le site est attaqué et largement détruit par incendie, œuvre d'un agresseur possédant des machines de jets. Après la destruction, le lieu est déserté mais très vite, une population importante revient sur place et s'adonne à des rituels originaux. Une approche stratigraphique a permis d'établir le scénario d'une activité post-destruction et de nombreuses découvertes issues des récentes fouilles viennent l'étayer.

En plus de nombreux restes de nourriture laissant penser à un grand banquet, les archéologues ont découvert les traces de massacre de plusieurs dizaines de chevaux. Les méthodes de découpe sont particulièrement violentes. Elles se distinguent de simples gestes de boucherie qui se font généralement au niveau des ligaments, alors qu'ici, on retrouve des coups d'épée portés à des chevaux dans le sens longitudinal. Un corps humain a été associé à ces restes : sacrifices ? Un bûcher est également installé dans le périmètre de l'habitat aménagé après destruction, où une dizaine d'individus est incinérée. Ces morts qui étaient habillés, parés et accompagnés de mobiliers divers, ont reçu un traitement funéraire comparable à celui en vogue en Languedoc au second âge du Fer (Ve-IIe siècle avant notre ère). Ce traitement  n'en demeure pas moins original : l'incinération est collective et il n'y a pas de prélèvement des restes destinés à être disposés dans des tombes. L'ensemble de ces manifestations s'inscrit dans un intervalle de temps très court et il est certain que le site n'est plus véritablement habité après sa destruction. Les sacrifices de chevaux et les banquets ont probablement été réalisés préalablement à la sépulture multiple. Par leur caractère inédit, ces événements sont difficiles à nommer mais ils viennent véritablement clore l'histoire de Pech Maho, dont le souvenir à ses héros ne tardera pas à s'estomper sous le coup de la conquête romaine. Ainsi, Pech Maho n'est pas un simple sanctuaire mais ce qu'on pourrait appeler un hérôon : un édifice considéré comme le tombeau d'un héros, d'un mortel déifié, à qui on rend un culte.

Le site archéologique de Pech Maho est connu depuis le début du XXe siècle et des fouilles ont été menées dans les années 50 et 70, mais les rituels survenus après la destruction étaient inconnus. C'est dans le cadre d'un Projet collectif du Ministère de la Culture en 1998, que la documentation ancienne a été reprise et que de nouvelles fouilles ont démarré en 2004. Au départ, cette campagne visait notamment à mieux caractériser l'occupation du site avant destruction et le déroulement de cette dernière.


Pech MAho vue

© Ludovic Blatgé

Vue aérienne du site.




Pech MAho amas

© Eric Gailledrat

Amas d'ossements d'équidés associés à des restes humains.




Pech Maho equide

© Eric Gailledrat

Ossements d'équidés associés à une épée celtique dans son fourreau.




Téléchargez toutes les photos en Haute Définition. Merci de respecter les crédits et légendes.


Notes :

(1) Laboratoire « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (CNRS / Université de Montpellier 3 / Ministère de la culture et de la communication / Inrap)
(2) Laboratoire « De la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie » (CNRS / Université de Bordeaux 1 / Ministère de la Culture et de la Communication / Inrap)

Contacts :

Chercheurs CNRS l Eric Gailledrat l T 04 67 15 61 32 l eric.gailledrat@montp.cnrs.fr
Presse CNRS l Jonathan Rangapanaiken l T 01 44 96 51 37 l jonathan.rangapanaiken@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Sciences Humaines et sociales

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique