Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 16 juillet 2009

Des comètes prisonnières de la ceinture d'astéroïdes

La plupart des corps primitifs peuplant la ceinture d'astéroïdes, entre Jupiter et Mars, seraient en fait des comètes. Cette découverte, réalisée par une équipe internationale composée de chercheurs du Laboratoire de minéralogie et cosmochimie du Muséum (LMCM)(1) et de l'Observatoire de la Côte d'Azur(2), bouleverse la vision du système solaire. Les résultats paraissent dans la revue Nature du 16 juillet 2009.

L'étude montre que l'emprisonnement de ces comètes aurait eu lieu 600 millions d'années après la formation du système solaire, lors du Grand bombardement tardif. Cet événement très violent a été provoqué par l'entrée en résonance orbitale de Saturne et Jupiter : la révolution de Saturne atteint alors exactement deux fois celle de Jupiter, les deux planètes se croisent plus souvent, interagissent et déstabilisent tout autour d'elles. Pendant cette période, l'architecture entière du système solaire est chamboulée et c'est alors que des comètes situées originellement au-delà de l'orbite de Jupiter sont implantées dans la ceinture d'astéroïdes où elles demeurent.

Avant cette découverte, la communauté scientifique pensait que la ceinture d'astéroïdes était exclusivement composée d'astéroïdes indigènes provenant de la formation du système solaire. « On change de paradigme. La ceinture d'astéroïdes n'est plus seulement la trace de la formation du système solaire mais également celle de phénomènes violents comme le Grand bombardement tardif » explique Matthieu Gounelle du LMCM.

Ce modèle conforte l'idée encore disputée que la différence entre les comètes et les astéroïdes les plus primitifs est plus faible qu'on le pensait.

Cette étude apporte également de nouvelles lumières sur l'origine controversée des micrométéorites. Différentes des météorites, la majorité de ces poussières proviendrait de ces comètes capturées, plus riches en matière organique et plus fragiles que les astéroïdes indigènes.

 

Comète

© CNRS Photothèque/INSU/OHP

Comète



Notes :

(1) CNRS / Muséum national d'Histoire naturelle
(2) CNRS / Université de Nice

Références :

Contamination of the asteroid belt by primordial trans-Neptunian objects. Harold F. Levison, William F. Bottke, Matthieu Gounelle, Alessandro Morbidelli, David Nesvorny, Kleomenis Tsiganis.
Paru dans Nature le 16 juillet 2009.

Contacts :

Chercheur l Matthieu Gounelle l T 01 40 79 35 21 l gounelle@mnhn.fr

Presse CNRS l Jonathan Rangapanaiken l T 01 44 96 51 37 l presse@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique