Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 29 octobre 2008

Le CNRS fête la science au Grand Palais

Événement fort de la Présidence Française de l'Union Européenne (PFUE), la Ville européenne des Sciences investit la nef du Grand Palais, à Paris, du 14 au 16 novembre 2008. Pour le CNRS, c'est l'occasion de souligner la dimension européenne et internationale de ses recherches au travers d'une quinzaine de projets, couvrant une large palette de disciplines. Temps fort, le stand "Objectif Terre !" fera voyager petits et grands dans les profondeurs de notre planète, pour découvrir de manière ludique l'importance des forages océaniques. Cette manifestation donne le coup d'envoi à la Fête de la Science 2008 qui prendra place partout en France du 17 au 23 novembre.


Découvrir la recherche en train de se faire et ses applications au quotidien
Les 14, 15 et 16 novembre prochain, les sciences seront à l'honneur sur plus de 12000 m2, au cœur du Grand Palais à Paris. Ce haut lieu d'art et de culture accueille, trois jours durant, la Ville européenne des Sciences, manifestation phare de la PFUE organisée par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Cet événement inaugure la 17ème édition de la Fête de la Science qui met l'accent sur "la science au service du citoyen".

Mettre le savoir au service de la société
Tel est le credo du CNRS qui, en tant que principal organisme de recherche pluridisciplinaire en France, couvre la totalité des champs scientifiques, qu'il s'agisse de physique, de sciences humaines et sociales, d'ingénierie, de sciences de l'Univers ou de vivant. Cette pluridisciplinarité s'exprime via la quinzaine de projets CNRS, qui prennent place dans la Ville européenne des Sciences. Le CNRS espère ainsi renforcer ce lien entre science et société, en suscitant des échanges et des rencontres "sur le vif" entre le grand public et l'univers scientifique.

Des voyages scientifiques pluridisciplinaires
Ces 14 espaces impliquent des chercheurs et/ou des unités de recherche CNRS qui, associés à des universités, des écoles, des associations… ont souhaité se mobiliser pour participer à ce projet de ville grandeur nature. Culture de l'écrit, évolution de la robotique, analyse des œuvres d'art, machine à remonter le temps ou marché de la mer… Autant de thèmes que le visiteur pourra appréhender de manière concrète et pédagogique. Pour cela, vidéos, objets innovants, animations et ateliers éclaireront le curieux, accompagné de chercheurs venus le guider dans ce foisonnement de découvertes.

Zoom sur la Terre
Avec l'espace "Objectif Terre !  Les forages océaniques sondent la planète", le CNRS propose de parcourir le sous-sol des océans, où les chercheurs puisent des informations inestimables pour comprendre notre planète et prévoir son évolution. Quels furent les climats passés ? Comment le niveau de la mer a-t-il varié au cours des derniers milliers d'années ? Comment sont générés les séismes et les éruptions volcaniques ? Telles sont les questions auxquelles les chercheurs du CNRS tentent de trouver réponse. Pour mutualiser leurs moyens, un certain nombre de pays européens a décidé de former le consortium ECORD (1) piloté par l'INSU-CNRS (2) dont les résultats de recherche sont présentés sur ce stand. Les visiteurs découvriront la vie à bord du "Chikyu" ("Terre" en japonais), le plus grand navire foreur du monde, ainsi que les secrets que recèlent le corail, le basalte et les microfossiles. Pour les enfants, interactions, observations et manipulations ludiques seront au programme, avec notamment un "puzzle" permettant de "jouer" avec les plaques tectoniques afin de comprendre comment elles sont étudiées grâce aux forages océaniques. Sont également prévus des ateliers d'observation au microscope d'échantillons de roches dures, de sédiments et de coraux issus de ces forages. Cette initiative est proposée par l'INSU-CNRS, dans le cadre de l'Année internationale de la planète Terre (3).


Photo VES2

© ECORD/IODP

Le consortium ECORD a réalisé en 2004 le premier forage à travers la banquise, dans l'océan Arctique. À ces hautes latitudes, le froid rendait les opérations de forage difficiles. Le "moon pool", trou percé dans la coque du navire pour faire passer le train de tige, est ici rempli de fragments de glace.



PhotoVES

© IODP/JAMSTEC

Le Chikyu est un navire à la pointe de la technologie spécialement construit et mis en œuvre par les Japonais pour le programme IODP. Il va permettre de forer jusqu'à 7 km de profondeur sous le fond de l'océan.



Pour en savoir plus
Consultez les dossiers de presse : 

Vous pouvez télécharger les visuels illustrant le stand "Objectif Terre!" (merci de respecter les visuels et copyrights).


    Notes :

    (1) ECORD = European Consortium for Ocean Research Drilling regroupe 16 pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Finlande, Irlande, Islande, Italie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse, Royaume-Uni) et le Canada (voir Consulter le site web).
    (2) Institut national des sciences de l'Univers
    (3) Consulter le site web,annee-internationale-planete-terre.html

    Contacts :

    Presse
    Priscilla Dacher l T 01 44 96 46 06 l priscilla.dacher@cnrs-dir.fr

    Bureau Actions jeunes & manifestations
    Laurie Tainturier l T 01 44 96 48 48 l laurie.tainturier@cnrs-dir.fr

    Communication INSU-CNRS
    Christiane Grappin l T 01 44 96 43 37 l christiane.grappin@cnrs-dir.fr


    Haut de page

    Derniers communiqués
    Toutes disciplines confondues

    Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique