Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 19 février 2007

Lancement de GEOMON, dispositif européen de surveillance de la qualité de l'air et du climat

38 laboratoires de recherche de l'Union européenne, ainsi que des équipes norvégiennes, suisses et russes s'associent pour coordonner la surveillance de la qualité de l'air et suivre l'évolution du climat principalement au-dessus de l'Europe. C'est le projet GEOMON, qui va contribuer à améliorer les prévisions d'évolution futures du climat et de la qualité de l'air et à évaluer les effets des dispositions visant la réduction des émissions de gaz à effets de serre. En France, le projet implique des équipes du CEA -organisme coordinateur du projet-, du CNRS/INSU(1), du CNES et de l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Le lancement de GEOMON a eu lieu les 12 et 13 février à Paris.

Pour surveiller les changements de la qualité de l'air et du climat, il faut pouvoir combiner plusieurs types d'observations : celles obtenues en continu depuis l'espace par les satellites, celles réalisées par des réseaux d'observatoires implantés sur les continents et celles effectuées par des avions de ligne instrumentés. Mais la disparité de ces observations ainsi que la multiplicité et l'hétérogénéité des bases de données acquises constituent un frein à l'exploitation de cet immense gisement d'informations.

 

Le projet européen Geomon(2), dont la réunion scientifique de lancement a eu lieu les 12 et 13 février à Paris, a pour objectif la construction d'un dispositif intégré paneuropéen d'observations de la composition atmosphérique à partir de systèmes d'observation déjà déployés. Il s'inscrit dans le cadre d'une stratégie internationale ratifiée par de nombreux pays visant à la mise en place d'un système coordonné et intégré(3) d'observation globale de la Terre (Global Earth Observation System of Systems - GEOSS).

 

Durant les quatre prochaines années, les 38 laboratoires de recherche partenaires de Geomon travailleront de concert afin de mettre en place cet outil indispensable. En France, le projet implique des équipes du CEA, chargé de coordonner le projet, du CNRS/INSU, du CNES et de l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (4).

 

Les nombreux réseaux de mesures existants seront harmonisés pour produire des données compatibles et des méthodologies seront développées pour associer les données enregistrées au sol et par satellites. Enfin, une base de données commune sera créée ; elle permettra à l'ensemble des partenaires européens d'accéder à des observations cohérentes de la composition atmosphérique.

 

Ce dispositif permettra de suivre l'évolution de la concentration des gaz à effet de serre, de la composition chimique de la troposphère (0- 12 km) et de la stratosphère (12-50 km) et de la distribution des particules de tout type (carbonées, volcaniques, anthropiques, de suie, désertiques…), notamment au-dessus de l'Europe. Il contribuera ainsi :

- à améliorer les prévisions concernant les évolutions futures du climat et de la qualité de l'air ;

- à évaluer les effets des grandes réglementations internationales de réduction des émissions anthropiques (Kyoto, Montréal...) sur la composition atmosphérique et le climat.

 

Geomon Image

© Univ. Réunion

Système lidar (radar optique) permettant d'obtenir la distribution verticale d'aérosols dans l'atmosphère.



Notes :

1)Institut National des Sciences de l'Univers

2) Geomon est un projet scientifique du 6e Programme cadre de recherche et développement de la Communauté européenne.

3) instruments et les réseaux seront intégrés dans un système plus large incluant des missions spatiales et le développement d'outils numériques pour assurer la synergie entre l'ensemble des mesures.

4) Laboratoires français impliqués dans GEOMON : Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (IPSL/LSCE, laboratoire mixte CEA, CNRS et Université Versailles Saint-Quentin), Service d'aéronomie (IPSL/SA, laboratoire mixte CNRS, Université Pierre et Marie Curie et Université Versailles Saint-Quentin), Laboratoire de météorologie dynamique (IPSL/LMD, laboratoire mixte CNRS, École polytechnique, Université Paris VI, ENS Paris), Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques (LISA, laboratoire mixte CNRS, Université Paris VII et Université Paris XII), le laboratoire d'optique atmosphérique (LOA, laboratoire mixte Université Lille 1 et CNRS) ainsi que le laboratoire de l'Atmosphère et des Cyclones (LACy, laboratoire mixte CNRS, Université La Réunion et Météo-France CNRM).

Références :

Pour en savoir plus : Consulter le site web

Contacts :

Presse

CEA
Delphine Kaczmarek, 01 64 50 20 97
delphine.kaczmarek@cea.fr

CNRS
Cécile Pérol, 01 44 96 43 09
cecile.perol@cnrs-dir.fr

CNES
Sandra Laly, 01 44 76 77 32
sandra.laly@cnes.fr

Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Robert Rivoire, 01 39 25 79 54
robert.rivoire@uvsq.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique