Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 18 novembre 2004

Les dates de vendanges : un indicateur du climat du passé

Dans le prolongement de l'« Histoire humaine et comparée du climat [1] » établie par Emmanuel Le Roy Ladurie, professeur honoraire au Collège de France, des chercheurs du CNRS, du CEA et de l'INRA ont reconstitué le climat de la Bourgogne depuis 1370 à partir des dates de vendange du pinot noir, cépage roi de la région. Ils complètent ainsi les données sur l'évolution récente du climat. Leurs travaux sont publiés dans la revue Nature du 18 novembre.

De nombreux efforts de reconstitution de la température ont été faits pour replacer le réchauffement du 20eme siècle dans une perspective millénaire, car les mesures instrumentales sont rares avant 1850 et inexistantes avant la deuxième moitié du 17eme siècle. Les chercheurs ont utilisé les dates de vendange des vignobles de Bourgogne pour retracer les anomalies de températures depuis 1370. Les dates de vendange ont en effet été enregistrées de façon manuscrite et fournissent ainsi une information climatique non altérée avec une chronologie absolue. L'information climatique a été extraite grâce à un modèle de développement de la vigne, en fonction de la température, ajusté pour le cépage Pinot Noir. Trois étapes clés du développement de la vigne y sont prises en compte : les dates de floraison, de véraison (quand les grains de raisin passent de vert à blanc ou rouge) et de maturation.

 

Les reconstitutions des scientifiques montrent que la Bourgogne a connu entre 1370 et 1850 (période communément appelée Petit Age Glaciaire) plusieurs périodes aussi chaudes que les années 1990. En revanche, l'année 2003 apparaît de loin comme l'année la plus chaude qu'ait connue la Bourgogne, avec une anomalie de + 5,86 °C, soit 43% plus élevée que l'anomalie de la dernière année la plus chaude enregistrée en 1523 (+ 4,10 °C).

 

Les dates de vendange offrent ainsi le potentiel de reconstituer finement les variations de température des derniers siècles dans de nombreuses régions d'Europe et du Moyen Orient. Elles compléteraient ainsi de façon importante les bases de données climatiques existantes et permettraient d'obtenir des informations sur les variations régionales du climat au cours du dernier millénaire.


Vignobles de Bourgogne

© I. Chuine et al.

Notes :

[1] Histoire humaine et comparée du climat, Emmanuel Le Roy Ladurie, Fayard, 2004 également auteur de Histoire du climat depuis l'an mil, Flammarion, 1967, 2e éd. 1983.

Références :

Grape ripening as past a climate indicator, I. Chuine1, P. Yiou2, N. Viovy2, B. Seguin3, V. Daux2 and E. Le Roy Ladurie4
Nature, 18 novembre 2004.
1 Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE) (Université Montpellier 2-CNRS)
2 Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE) (CEA-CNRS))
3 Unité AGROCLIM Avignon, Institut national de la recherche agronomique (INRA)
4 Collège de France

Contacts :

Chercheurs :
Isabelle Chuine, 04 67 61 22 51,
isabelle.chuine@cefe.cnrs.fr
Nicolas Viovy, 01 69 08 77 17,
nicolas.viovy@cea.fr
Pascal Yiou, 01 69 08 95 33,
pascal.yiou@cea.fr
Bernard Seguin, 04 32 72 23 07 ou 23 70,
bernard.seguin@avignon.inra.fr

Presse :
CNRS : Magali Sarazin/ Isabelle Tratner, 01 44 96 51 51, isabelle.tratner@cnrs-dir.fr
CEA : Alexandra Bender, 01 40 56 17 16, a.bender@cea.fr
INRA : Sylvie Colleu, 01 42 75 91 69, presse@paris.inra.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique