Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 02 avril 2009

Une nouvelle technologie pour sécuriser les systèmes et circuits intégrés

Le LIRMM, laboratoire d'informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier (CNRS/Université Montpellier 2) vient de mettre au point une nouvelle technologie capable de réduire lors de transactions électroniques jusqu'à 95 % les fuites d'informations des circuits intégrés par rapport à des circuits logiques classiques. Celle-ci fait actuellement l'objet d'une collaboration entre le LIRMM et la société PSI Electronics, société spécialisée dans la conception de circuits et systèmes intégrés (1), dans la perspective d'un transfert de technologie.

Les attaques matérielles (2) s'étant généralisées, la cryptologie (3) est désormais devenue incontournable dans la conception des systèmes numériques qui supplantent le papier comme supports de l'information. Ces attaques touchent les composants matériels où vont s'exécuter les logiciels (puces, microprocesseurs...). Elles sont reconnues comme les plus dangereuses car elles permettent d'obtenir à moindre frais et avec un faible niveau de compétences les clefs des algorithmes de chiffrement, comme ceux qu'utilisent nos cartes à puce.

La nouvelle logique «STTL» (Secure Triple Track Logic) développée par le LIRMM est très efficace contre les attaques et piratages matériels des circuits intégrés présents dans les cartes à puces, cartes sim, processeurs... nécessitant à la fois authentification et confidentialité des informations. Elle permet de réduire jusqu'à 95 % les fuites  d'informations des circuits intégrés par rapport à des circuits logiques classiques. Ceci grâce à ses particularités : elle possède un temps de calcul constant et maintient régulière la consommation électrique du circuit, deux failles récurrentes lors d'attaques matérielles et jusque là non maîtrisées.

Le LIRMM et PSI Electronics travaillent en partenariat pour transférer vers l'industrie cette nouvelle technologie issue du laboratoire de recherche. Elle sera utilisée dans la conception de circuits et systèmes intégrés. La société PSI, basée dans la région d'Aix-en-Provence a déjà développé une première bibliothèque de composants (4) qui devrait permettre une rapide validation à l'échelle industrielle, complétant ainsi sa compétence particulière en conception de circuits intégrés sécurisés.

Ces travaux, développés initialement au LIRMM, se poursuivent depuis deux ans dans le cadre du projet CALISSON (5) ("CAractérisation, modéLIsation et Spécifications Sécuritaires de circuits prOtotypes iNtégrés"), financé par le ministère de l'Industrie et labellisé par le Pôle de Compétitivité mondial SCS (6), en juin 2006. Outre la société PSI, CALISSON a également pour partenaires industriels STMicroélectronics, Gemalto (fabricant de cartes bancaires), Atmel (fabricant de composants de circuits intégrés), mais aussi académiques comme Paris'Tech, l'école des Mines de Saint Etienne (ENSMSE) et le CEA.

Télécharger l'image en haute définition.


© C. Lebedinsky / CNRS Photothèque

Notes :

(1) Les circuits intégrés sont constitués d'éléments ou de transistors de quelques centaines de nanomètres. On les trouve dans les cartes à puces, les processeurs d'ordinateurs, les cartes sim de téléphones portables... Ils servent pour le traitement et les applications de calcul, vidéo et multimédia. Toutes les communications modernes dépendent de circuits intégrés.
(2) Les attaques matérielles dites également “side channel attacks” se différencient des attaques logicielles.
(3) Technique qui consiste à crypter un message afin de le rendre inintelligible à celui qui ne possède pas la clé de décodage.
(4) A partir de la logique STTL, les chercheurs du LIRMM ont mis au point la structure d'une collection de petits composants (effectuant des fonctions élémentaires) qui seront développés et vendus aux industriels par la société PSIe.
(5) Soutenu par le Pôle SCS, le projet CALISSON a obtenu des résultats voués à des applications industrielles prometteuses (transactions bancaires, domaine de la carte à puce, set-top box... (Appareils de décodage de chaînes TV payantes, modems wifi (les circuits intégrés sont au cœur de ces appareils)).
(6) Solutions Communicantes Sécurisées.

Contacts :

Chercheur LIRMM
Philippe Maurine
T 04 67 41 85 20
Philippe.Maurine@lirmm.fr

PSI
Philippe Mercier
T 05 62 24 75 37
pmercier@psi-e.com

Presse CNRS
Laetitia Louis
T 01 44 96 51 37
laetitia.louis@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique