Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 28 septembre 2007

Une vision à long terme pour l'astronomie européenne

Pour la première fois, les astronomes européens présentent leurs objectifs scientifiques pour les deux prochaines décennies dans un document intitulé « Science Vision ». Ce document est l'aboutissement de deux ans de travail mené par le réseau ASTRONET, regroupant les agences européennes de moyens pour l'astronomie et coordonné par l'INSU/CNRS ; il souligne le positionnement de l'Europe comme leader mondial de l'astronomie et sa volonté de maintenir cette position. L'étape suivante, dans un peu plus d'un an, sera la publication d'une feuille de route définissant les moyens d'observation nécessaires pour concrétiser cette vision, leur priorité, et un calendrier de réalisation. La mise en œuvre de ce plan donnera toute sa place à l'Europe dans la quête partagée par tous d'une meilleure compréhension de l'Univers.

Les européens dévoilent leur stratégie scientifique pour les vingt années à venir

 

« C'est une superbe occasion d'aider à la construction d'un futur passionnant pour l'astronomie et la science » déclare Tim de Zeeuw (Observatoire de Leiden, Hollande) qui a présidé à cet effort de toute la communauté scientifique.

 

La « vision scientifique » d'AStrONET brosse un vaste panorama des questions scientifiques essentielles que l'astronomie européenne devrait se poser dans les vingt ans à venir. Les quatre questions clés sont :

·          les extrêmes de l'Univers, depuis la nature de la matière noire et de l'énergie noire qui composent plus de 95% de l'Univers, jusqu'à la physique des objets tels que les trous noirs, les étoiles à neutrons et les sursauts gamma ;

·          la formation des galaxies, du stade embryonnaire jusqu'à notre Voie lactée ;

·          la formation des étoiles et des planètes, et l'origine de la vie ;

·          la question cruciale de notre place (l'humanité et notre système solaire) dans ces schémas d'évolution.

Ces thèmes vont bien au-delà des frontières de l'astronomie traditionnelle et englobent la physique, la biologie, …

 

La prospective « Science Vision » définit également les nouveaux moyens d'observation nécessaires pour atteindre ces objectifs, tout en soulignant la nécessité de développer parallèlement la théorie, les simulations numériques sur des moyens de calcul de haut niveau, les bases de données astronomiques performantes qui seront utilisées dans l'observatoire virtuel européen en cours de développement ainsi que l'expérimentation astrophysique en laboratoire.

 

« Ce rapport est une donnée majeure pour la constitution d'une feuille de route des infrastructures, hiérarchisée et s'appuyant sur les désirs de la communauté scientifique, fondamentale pour maintenir l'Europe au premier rang de l'astronomie mondiale » précise Tim de Zeeuw.

 

L'astronomie européenne, aujourd'hui très compétitive sur la scène mondiale, est à la première place dans de nombreux domaines de recherche, grâce à des percées comme :

·          la première détection d'une exoplanète,

·          l'atterrissage de la sonde Huygens sur Titan,

·          la preuve de l'existence d'un trou noir supermassif au centre de notre Galaxie,

·          la découverte des arcs gravitationnels autour d'amas de galaxies,

·          la preuve que la plupart des sursauts gamma sont dus à de gigantesques explosions d'étoiles.

La montée de l'astronomie européenne au premier plan mondial à la fin du siècle dernier résulte d'une vaste coopération qui s'est notamment appuyée sur l'European Southern Observatory pour l'astronomie optique au sol et sur l'European Space Agency pour l'astronomie spatiale.

 

Pour renforcer cette position et l'étendre à toutes les branches de l'astronomie et à tous les pays européens, un groupe d'agences de moyens a crée le réseau AStrONET avec pour objectif la définition d'un vaste plan de développement à long terme pour l'astronomie européenne. AStrONET couvre tous les domaines de l'astronomie, de la cosmologie à l'étude du système solaire, toutes les fenêtres d'observation, dans l'espace et au sol : le spectre électromagnétique couvert dans sa totalité, mais aussi la détection des particules cosmiques et des ondes gravitationnelles. AStrONET s'intéresse à toute la chaîne de recherche astronomique, des grandes infrastructures et des développements technologiques qui leur sont nécessaires jusqu'aux observations, en passant par l'accès aux données, la modélisation, la théorie et les ressources humaines nécessaires à ces développements.

 

Cet effort est comparable dans ses objectifs aux projections décennales conduites aux Etats-Unis ces cinquante dernières années : mais, contrairement à ses homologues américains, AStrONET a été créé directement par les agences de moyens grâce au très fort soutien de la Commission Européenne.

 

« Une vison partagée de l'astronomie européenne sur le long terme est le premier pas essentiel dans ce processus et sera bientôt suivi par une feuille de route détaillée sur l'infrastructure et le développement technologique » déclare Johannes Andersen (NOTSA(1), Danemark) président du Conseil d'AStrONET, « ceci devant être révisé régulièrement au fur et à mesure des percées scientifiques et/ou technologiques. »

 

Le document « Science Vision » publié aujourd'hui en est la première étape cruciale. C'est le résultat d'un intense travail réalisé par des groupes thématiques issus de la communauté scientifique mais aussi du forum web et du symposium ouvert qui a rassemblé 228 chercheurs de 31 pays, cette année à Poitiers. La préparation de la feuille de route détaillée de l'infrastructure a commencé. Obtenir de la communauté un accord sur des priorités, des choix difficiles et des équilibres délicats va être une lourde tâche mais, ajoute Tim de Zeeuw, « la solidarité est une nécessité ».


Notes :

1) Nordic Optical Telescope Scientific Association

Références :

INSU : Consulter le site web
«A Science Vision for European Astronomy» : Consulter le site web,astronet-sciencevision-lowres.pdf (fichier pdf, 15 Mo)

Contacts :

Coordinateur du programme ASTRONET
Directeur Adjoint Scientifique INSU
Jean-Marie Hameury
T 01 44 96 43 79
jean-marie.hameury@cnrs-dir.fr

Presse
Cécile Pérol
T 01 44 96 51 37
cecile.perol@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique