Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 20 mars 2003

Inauguration d'un microscope électronique environnemental - INSA Lyon - 26 mars 2003

Les partenaires du CLYME (Consortium Lyonnais de Microscopie Electronique)(1) se sont dotés d'un microscope électronique à balayage environnemental. C'est le deuxième laboratoire en secteur universitaire à posséder un tel microscope. Son intérêt : allier haute résolution et observation des échantillons dans leur environnement naturel. L'inauguration de l'appareil se déroulera le mercredi 26 mars 2003 au sein du GEMPPM (Groupe d'études de métallurgie physique et de physique des matériaux, CNRS – INSA Lyon), dans le bâtiment Blaise Pascal de l'INSA.

Créé en janvier 1998, le CLYME émane de 26 laboratoires partenaires publics et privés. Leur regroupement a pour but d'assurer des études scientifiques et des formations ainsi que d'échanger des informations à caractère scientifique et pédagogique, à partir de l'emploi d'unités de microscopie électronique à transmission et à balayage, dotés d'accessoires d'analyse. La nouvelle unité de microscopie à balayage en mode environnemental vient s'ajouter à deux unités de microscopie à transmission, les trois unités permettant d'obtenir des résolutions de l'ordre du nanomètre. Les trois appareils sont complémentaires et les nouvelles perspectives de recherches apportées par la nouvelle unité sont considérables. Dans un microscope électronique à balayage, un faisceau d'électrons balaye l'échantillon point par point et permet d'éditer des images dont les détails révèlent une topographie allant jusqu'à l'échelle nanométrique. En revanche, la pression très réduite qui règne dans ces appareils exclut l'observation d'échantillons hydratés ou isolants dans leur état naturel. Ils doivent être déshydratés et, s'ils sont isolants, recouverts d'une couche conductrice. Le microscope électronique environnemental présente des spécificités qui permettent d'aller outre ces limites et d'observer une plus grande variété d'échantillons, notamment les polymères, sensibles à l'irradiation et non conducteurs. Les échantillons y sont observés dans un environnement gazeux. Ainsi, pour des conditions de pression et de température adéquates, on peut obtenir 100% d'humidité et étudier alors des échantillons hydratés tels quels, y compris des corps vivants. On peut également insérer d'autres liquides ou mélanges dans ces échantillons (sel, acide, huile…), ce qui est intéressant pour l'étude des problèmes de corrosion. Le microscope est enfin doté de deux fours hautes températures (1000° et 1500°) qui permettent de recréer un environnement cellulaire particulier et d'envisager des observations in situ d'oxydation. Les domaines d'applications de ce nouveau microscope sont nombreux, aussi bien en milieu universitaire qu'industriel : la science des matériaux, avec l'étude des trois classes métaux, céramiques et polymères, la biologie et l'étude des échantillons vivants ou encore la tribologie et l'observation des résidus de frottement de deux corps en présence de lubrifiant. L'acquisition de cet appareil (fabriqué par la société Philips, Pays-Bas, filiale du groupe FEI, USA) a été rendue possible grâce au financement accordé dans le cadre du Contrat de Plan Etat Région (région Rhône-Alpes, CNRS, Ministère de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche) et à l'apport financier de la Fédération CNRS des Matériaux de Structure (GEMPPM - CNRS – INSA Lyon). De nombreux autres partenaires, laboratoires et industriels, ont permis la concrétisation de ce projet.(2)

Mycellium de champignon sur une racine de pin. Echantillon hydraté observé dans son état naturel en microscopie à balayage, en mode environnemental.

Notes :

(1) INSA, ECL, CNRS, EMSE, UCB, ENISE, ENS-BioMérieux, UJM, Industriels (Péchiney, TotalFinaElf (CRES-Solaize et CRRA-Pierre Bénite), Lafarge, Science et Surface, SNR, RHODIA.
(2) Fédération CNRS des Matériaux de Structure, GEMPPM - CNRS – INSA Lyon (47,3%), Université Claude Bernard – CNRS - Univ Lyon 1 (18,8%), Fédération des Polyméristes Lyonnais – INSA Lyon (7,6%), Institut de Recherches sur la Catalyse – CNRS (6,4%), Laboratoire de Mécanique des Contacts – INSA Lyon- CNRS (3%), Laboratoire de Physico-Chimie Industrielle (1%), Laboratoire de Tribologie et de Dynamique des structures – ECL – CNRS (3%), laboratoire SPIN de l''Ecole des Mines de St Etienne (3%), deux industriels Total Fina Elf et SNR (9,8%).

Contacts :

Contact presse
CNRS Paris:
Muriel Ilous
Tél : 01 44 96 43 09
Mél : muriel.ilous@cnrs-dir.fr

CNRS Lyon:
Chantal Austruy
Tél : 04 72 44 56 75
Mél : Austruy@dr7.cnrs.fr

INSA Lyon :
Véronique Sanvoisin
Tél : 04 72 43 83 90
Mél : Veronique.Sanvoisin@insa-lyon.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique