Moteur de recherche

 

Espace presse

Paris, 4 juillet 2008

Toucher des figures géométriques pour mieux les reconnaître visuellement

Toucher des figures géométriques planes en relief aide les enfants âgés de cinq ans à mieux les reconnaître visuellement et à les mémoriser. C'est ce que viennent de montrer Edouard Gentaz, chercheur CNRS au laboratoire Psychologie et Neurocognition de Grenoble (CNRS / Université Grenoble 2 / Université Chambéry) et Laëtitia Pinet, doctorante CIFRE (Université Grenoble 2 / Editions La Cigale). Ces résultats, publiés dans le numéro de juillet de la Revue française de pédagogie, devraient permettre d'améliorer l'apprentissage de la géométrie à l'école maternelle et d'aider les enfants à mieux appréhender leur environnement spatial.

Développer les connaissances géométriques et spatiales est un objectif important de l’enseignement des mathématiques à l’école et ce, dès le plus jeune âge, parce qu’elles sont essentielles à l’homme pour bien interagir avec son environnement. Reconnaître un cercle, un carré, un rectangle et un triangle parmi d’autres figures planes est loin d’être trivial. Classiquement, les enfants apprennent à les différencier en utilisant un seul sens : la vue.

Des chercheurs du CNRS, Edouard Gentaz et Laëtitia Pinet, ont comparé, chez deux groupes homogènes de 17 enfants âgés de cinq ans, deux types d’entraînement, se différenciant par les sens impliqués. Le premier, classique, sollicite uniquement la vision pour percevoir les figures ; le second, en plus de la vision, fait appel au toucher pour percevoir les mêmes figures.

Chaque entraînement est composé de plusieurs séances d’apprentissage, chacune des séances étant dédiée à une catégorie de figure (cercle, carré, rectangle et triangle). Les deux entraînements proposent des exercices destinés à développer les connaissances des propriétés géométriques des différentes figures. Cependant, un groupe d’enfants apprend via une exploration visuelle et tactile des figures tandis que l’autre groupe n’apprend que via une exploration visuelle.

Les chercheurs ont mesuré les performances de chaque enfant avant et après les entraînements, à l’aide de quatre tests de reconnaissance visuelle des figures géométriques. Les résultats montrent que les enfants reconnaissent mieux les figures géométriques après l’entraînement multisensoriel qu’après l’apprentissage classique. En définitive, l’ajout du toucher dans ce type d’entraînement apporte des effets bénéfiques en permettant aux enfants de mieux reconnaître les exemplaires de figures inclus ou non dans la même catégorie. De plus, le toucher permettrait de mieux mémoriser et appréhender les formes géométriques. Ces études devraient permettre d’améliorer l’apprentissage de la géométrie à l’école maternelle et d’aider les enfants à mieux appréhender leur environnement spatial.

Figures geometriques

© E. Gentaz (cette image est disponible auprès de la photothèque du CNRS, phototheque@cnrs-bellevue.fr)

Séance d'apprentissage



Références :

Evaluation d'entraînements multisensoriels de préparation à la reconnaissance de figures géométriques planes chez les enfants de cinq ans : étude de la contribution du système haptique manuel, Laëtitia Pinet, Edouard Gentaz, Revue française de pédagogie, juillet 2008.

Contacts :

Chercheur :
Edouard Gentaz
06 08 84 47 92
edouard.gentaz@upmf-grenoble.fr

Presse :
Céline Lipari
01 44 96 51 51
celine.lipari@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'Pratique