Moteur de recherche

 
CNRS > Presse > Les brèves du CNRS

Espace presseLes brèves du CNRS

Paris, 14 octobre 2007

Différenciation des cellules neuronales : découverte de l'importance d'une protéine régulatrice de la division cellulaire

Chez les vertébrés, la protéine LGN (1) joue un rôle fondamental dans la différenciation des cellules souches neuronales (2) en contrôlant très finement l'orientation de leur axe de division cellulaire. C'est ce qu'ont découvert Xavier Morin, chargé de recherche au CNRS, et ses collaborateurs de l'Institut de Biologie du Développement de Marseille Luminy (3). Deux étapes interviennent dans le développement du système nerveux : d'une part, la prolifération des cellules souches qui se déroule dans le neuroépithelium (4) et, d'autre part, la différenciation de ces cellules qui s'accumulent dans le manteau (zone périphérique de l'épithélium), pour y devenir des neurones. Il s'avère qu'en l'absence de LGN, l'axe de division des cellules souches devient aléatoire. Résultat, une partie des cellules souches "filles" quitte alors prématurément l'épithélium pour rejoindre le manteau, sans pour autant se différencier. Au contraire, elles prolifèrent de façon excessive. Publiés en ligne dans Nature Neuroscience le 14 octobre, ces résultats soulignent que le contrôle de la croissance du système nerveux passe par le maintien des cellules souches neuronales au sein du neuroépithélium, via un mécanisme de divisions cellulaires orientées. Plus largement, ce mécanisme pourrait intervenir dans d'autres structures de type épithélial de notre organisme (système digestif, poumons, reins).

 

Mécanisme de division cellulaire en présence et en l'absence de LGN

© Xavier Morin (ce schéma est disponible auprès de la photothèque du CNRS, phototheque@cnrs-bellevue.fr)

Sur le schéma du haut, les cellules souches neuronales se divisent normalement dans le plan du neuroepithelium (en gris), et les cellules filles restent au sein du neuroepithelium. Seules les cellules différenciées sont localisées dans la zone du manteau (en blanc).
Sur le schéma du bas, en l'absence de LGN, l'axe de division devient aléatoire, et l'une des deux cellules souches "filles" issues de cette division quitte le neuroepithelium. Les cellules noires illustrent, de gauche à droite, trois étapes successives de la division d'une cellule souche (avant, pendant, et après séparation des cellules filles).


Notes :

(1) La protéine LGN tire son nom de la répétition fréquente du motif "Leucine-Glycine-Asparagine" dans sa séquence d'acides aminés.
(2) Une cellule souche est une cellule non différenciée.
(3) IBDML (CNRS/ Université Aix-Marseille 2).
(4) L'épithélium est un tissu organisé en feuillet qui recouvre les surfaces internes et externes de l'organisme.

Références :

Control of planar divisions by the G-protein regulator LGN maintains progenitors in the chick neuroepithelium. Xavier Morin, Florence Jaouen & Pascale Durbec. Nature Neuroscience. Parution en ligne du 14 octobre 2007.

Contacts :

Chercheurs
Xavier Morin
T 04 91 26 93 47
morin@ibdml.univ-mrs.fr

Pascale Durbec / Florence Jaouen
T 04 91 26 93 47 / 24
durbec@ibdml.univ-mrs.fr / jaouen@ibdml.univ-mrs.fr

Presse
Priscilla Dacher
T 01 44 96 46 06
priscilla.dacher@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers brèves
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide