Moteur de recherche

 
CNRS > Presse > Les brèves du CNRS

Espace presseLes brèves du CNRS

Paris, 16 mars 2007

Pollution atmosphérique en Arctique : origines et conséquences

Preuve est faite que l'Arctique se réchauffe plus vite que le reste de la planète. Principaux responsables : les gaz à effet de serre de longue durée de vie. Toutefois, il s'avère que les polluants atmosphériques, tels l'ozone et les aérosols, jouent également un rôle majeur dans le réchauffement climatique. Transportés sur de longues distances depuis le nord de l'Eurasie jusqu'au cercle polaire arctique, ces agents jouent un rôle majeur sur le climat, la santé et les écosystèmes. La réduction de leur émission bénéficierait davantage à l'Arctique qu'aux autres régions du globe. Kathy Law (Service d'aéronomie / IPSL, INSU-CNRS / Université Paris VI / Université Versailles St Quentin), en collaboration avec le chercheur norvégien Andreas Stohl, a rédigé un bilan détaillé des sources de pollution en Arctique et de ses répercussions sur le réchauffement climatique. Celui-ci est publié dans Science le 15 mars 2007.

Références :

Arctic Air Pollution: origins and impacts. Kathy S. Law and Andreas Stohl. Science (Section spéciale "Année polaire internationale"). 15 mars 2007.

Contacts :

Chercheur
Kathy S. Law
T 01 44 27 84 21
kathy.law@aero.jussieu.fr

Presse
Priscilla Dacher
T 01 44 96 46 06
priscilla.dacher@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers brèves
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide