Moteur de recherche

 
CNRS > Presse > Les brèves du CNRS

Espace presseLes brèves du CNRS

Paris, 27 juin 2006

Un médiateur chimique des interactions plante-champignons

Sous la surface des sols arables, les plantes échangent des éléments vitaux avec leurs partenaires fongiques racinaires. Les champignons mycorhiziens* à arbuscules étendent le réseau racinaire par le biais de leurs filaments mycéliens qui zigzaguent entre les racines et le sol. Le champignon perçoit la plante hôte à distance ce qui provoque la formation de nouvelles ramifications, augmentant les chances de contact avec les racines.

Des composés inducteurs de ramification, les strigolactones, ont déjà été mis en évidence dans les exsudats racinaires de plantes. Dans une nouvelle étude qui paraîtra dans PloS Biology du 27 Juin 2006, une équipe française du laboratoire « Surfaces cellulaires et signalisation chez les végétaux » (CNRS, Université Toulouse 3) montre que, en amont de la formation des ramifications, les strigolactones stimulent l'activité mitochondriale, la centrale énergétique de la cellule. Ce phénomène a aussi été observé avec différents champignons éloignés phylogénétiquement. Ces résultats confirment que les strigolactones jouent un rôle de médiateur chimique dans les interactions symbiotiques, interactions qui touchent 80% des plantes terrestres. Ces découvertes sur un des mécanismes d'induction de la symbiose peuvent être exploitées en agriculture durable afin de promouvoir un meilleur rendement de production des plantes cultivées.

Notes :

(*) Les mycorhizes sont des associations symbiotiques entre les champignons et les racines des plantes.

Contacts :

Contacts
Chercheur
Nathalie Sejalon-Delmas
T 05 62 19 35 04
delmas@scsv.ups-tlse.fr

Presse
Delphine Kaczmarek
T 01 44 96 51 37
delphine.kaczmarek@cnrs-dir.fr


Haut de page

Derniers brèves
Toutes disciplines confondues

Retour à l'accueilContactcreditsCom'PratiqueAccessibilité : aide